Une ancienne assistante de Nasser Al-Khelaïfi a saisi le conseil des prud'hommes, beIN dénonce une tentative de chantage

S'estimant notamment victime d'un « licenciement sans cause réelle ou sérieuse », une ancienne assistante de Nasser Al-Khelaïfi a saisi le le conseil des prud'hommes. A beIN, on dénonce une « tentative de chantage ».

L'actualité médiatique et judiciaire laisse peu de répit à Nasser Al-Khelaïfi depuis quelques temps. Un article du Parisien donne la parole ce samedi à une personne qui se présente comme son ancienne assistante et affirme avoir saisi le conseil des prud'hommes, notamment pour « licenciement sans cause réelle ou sérieuse ».

Licenciée le 12 février 2022, dix ans jour pour jour après son entrée dans le groupe beIN, cette femme dit avoir été pendant sept ans « son ombre, sa nounou, sa soeur (...) C'était 24 heures/24, 7 jours/7 (...) J'étais un soldat, toujours en première ligne. Ces dix années m'ont semblé n'avoir même pas duré un an tellement c'était intense (...) Ça m'arrivait de laisser ma fille pleurer pour répondre à un appel ou un mail urgent (...) Il était impensable que mon téléphone soit coupé. La pression était énorme. Je n'avais pas le droit à l'erreur. »


lire aussi

Toute l'actualité du PSG

Elle affirme ainsi avoir été obligée de faire le travail de trois personnes lors de ses deux dernières années. Une dépression pour surmenage lui ayant été diagnostiquée, elle a bénéficié de deux mois et demi d'arrêt maladie. Lorsqu'elle a repris son travail, elle a constaté que son poste avait été supprimé. Après avoir refusé une nouvelle affectation, elle a donc perdu son emploi.

Elle affirme aujourd'hui que son origine maghrébine a joué en sa défaveur. En deux ans, d'après ses dires, près de 120 à 150 personnes auraient quitté la direction du PSG. « Il y a eu un audit de McKinsey, et ce sont les Maghrébins qui en ont majoritairement fait les frais, pointe-t-elle. Quand je demandais une augmentation, on me répondait que je n'avais pas à me plaindre, et qu'au Maroc j'aurais gagné 500 euros avec un Master of Business Administration (MBA). »

Du côté de BeIN, une source nous affirme qu'« il s'agit clairement d'une tentative de chantage. L'employée se présente comme une confidente de Nasser Al-Khelaifi, au coeur du PSG, alors qu'elle était l'assistante d'autres personnes. C'était une employée de beIN et a passé les 2 dernières années à essayer ouvertement de faire chanter l'entreprise et sa direction. Après s'être vu offrir des congés illimités pendant de nombreuses années, de nouveaux et meilleurs postes, et tout le soutien nécessaire en tant qu'employée, elle a pensé qu'elle pouvait extorquer des millions à l'entreprise.

Maintenant que le procès contre elle approche, ayant échoué dans son extorsion et son chantage, elle essaie d'embarrasser l'entreprise via les médias. Rien de tout cela ne fonctionnera. La cour de justice n'écoute pas les manipulations médiatiques, et se prononce très clairement sur les questions de chantage. » Une audience aura justement lieu en décembre.