Anderson Peters dans le vent au meeting de Doha

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Anderson Peters a explosé son record ce vendredi soir à Doha. (J.-P. Durand/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Grenadien Anderson Peters est devenu le cinquième performeur de l'histoire au lancer du javelot ce vendredi soir à Doha lors du premier meeting de Ligue de diamant de la saison. Une compétition très ventée où les sprinteurs Gabi Thomas et Noah Lyles ont dominé le 200 m.

Le vent a été l'ennemi de la plupart des athlètes ce vendredi soir à Doha - la perche a été reportée -, pour le premier meeting de Ligue de diamant de la saison, mais pas pour Anderson Peters. Même si plusieurs javelots ont piqué du nez à cause de rafales, certains ont été portés par Eole, dont celui du Grenadien, auteur d'un ultime jet maousse à 93,07 m, devenant le cinquième meilleur performeur de l'histoire.

lire aussi

Pour briller à domicile en juillet, les athlètes américains vont se replier en juin

Un saut dans les bilans de près de six mètres pour l'athlète de 24 ans, dont le record de 87,31 m datait de 2019, l'année de son titre de champion du monde, déjà à Doha. Peters a devancé Jakub Vadlejch (90,88 m) et Julian Weber (86,09 m) pour lancer la saison sur des bases folles.

Pour le reste, le vent a eu raison de beaucoup d'ambitions et d'envie (rafale de 7 m/s enregistrées au triple saut notamment), à l'image des courses de demi-fond où les lièvres ont rarement été suivis, laissant place à des courses très tactiques.

À ce petit jeu, Francine Niyonsaba a été la plus forte en dominant de A à Z le 3 000 m (8'37''70), tout comme Abel Kipsang sur le 1 500 m (3'35''70) et le champion olympique Soufiane El Bakkali, vainqueur d'un souffle du 3 000 m steeple devant Lamecha Girma (8'09''66 contre 8'09''67). Alors que sur le 800 m, les favoris Brazier et Rotich se sont fait surprendre dans une course très lente (54'' au 400 m), avec la victoire de Noah Kibet (1'49''08).

Cinquième place pour Samba-Mayela

D'autres patrons du circuit ont d'ailleurs été chahutés à l'image de Rai Benjamin, deuxième coureur de l'histoire sur 400 m haies et battu par le Brésilien Alison dos Santos (47''24 contre 47''49), du duo champion olympique Barshim (2,30 m)-Tamberi (2,20 m), devancé par le Coréen Sanghyeok Woo (2,33 m) à la hauteur et de la double championne olympique du 400 m Shaunae Miller-Uibo (51''84) battue sur le tour de piste par sa dauphine de Tokyo Marileidy Paulino (51''20) et Stephenie Ann McPherson (51''69).

Pour le reste, la toute fraîche championne du monde en salle Cyrena Samba-Mayela a vu l'écart qui lui restait avec les meilleures de la planète sur 100 m haies (victoire pour Kendra Harrison en 12''43) avec une cinquième place en 12''73 (+3,8 m/s).

Les Américains ont fait la loi sur le sprint. Noah Lyles a remporté le 200 m, malgré une très bonne fin de course de son compatriote Fred Kerley (19''72 contre 19''75, +2,1 m/s), tout comme Gabi Thomas, victorieuse d'un gros 200 m - la seule course de la soirée avec un vent légal - en 21''98 (+1,3 m/s) devant Shericka Jackson (22''07) et Dina Asher-Smith (22''37).

lire aussi

Les résultats du meeting de Doha

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles