Andy Delort: "Je regrette les années que j’ai gâchées"

6 mois, et puis c’est tout. L’expérience au Mexique aura été plus bien plus courte que prévue pour Andy Delort. Parti rejoindre le club d’André Pierre Gignac (dont il est proche), après un bras de fer féroce avec le Stade Malherbe de Caen, l’attaquant n’a finalement pas réussi à s’adapter à ce nouvel environnement. "Au Mexique, je ne jouais pas tout le temps. Le peu de fois où j’ai joué, j’ai marqué mais ça ne s’est pas bien passé non plus. […] Je pense que cela aurait vite tourné, mais je ne voulais pas que ça tourne, je voulais rentrer chez moi. Même si les Mexicains sont des personnes incroyables et qu’ils m’ont très, très bien accueilli. Ma famille et moi, on se sentait un peu seuls" a-t-il expliqué.

Delort Tigres.jpg

Son émotivité

L’éloignement, le management plus dur, l’absence de complicité… Après ses échecs à Wigan (D2 anglaise) et au Tigres de Monterrey, Andy Delort reconnaît avoir des difficultés à s’exporter, même s’il juge que "c’est lié à un manque de chance à chaque fois."

En fait, comme bon nombre de footballeurs, Andy Delort est un grand émotif, et réclame un cadre affectif pour briller : "J’ai besoin d’une personne ou des gens qui m’aiment […] Dès que je suis dans une bonne période, je peux faire des choses extraordinaires. Quand on me voit jouer, on se dit : ‘Putain ! Ce mec, c’est un guerrier.’ Et c’est vrai d’ailleurs. Avant,...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages