Andy Diouf, prêté par Rennes : « Bâle me connaissait par coeur »

Andy Diouf à l'échauffement avec Rennes. (F. Faugère/L'Équipe)

Prêté un an, avec option d'achat, par le Stade Rennais au FC Bâle, Andy Diouf a été impressionné par la connaissance de son jeu du club suisse.

S'il n'y avait pas eu de nouvelle direction au Havre, Andy Diouf (19 ans) serait déjà en Normandie pour effectuer la préparation avec le club de Ligue 2. Le rachat du HAC a changé les plans du milieu de terrain, désormais prêté avec option d'achat par Rennes au FC Bâle. L'international français U19 - avec qui il a été demi-finaliste de l'Euro au début de l'été - souhaitait quitter la Bretagne, à trois ans de la fin de son contrat, pour gagner du temps de jeu. Le joueur formé au club sort d'une saison où il n'aura joué que neuf petites minutes en Ligue 1.

« Pourquoi avoir choisi de rejoindre le FC Bâle ?
Je suis un joueur qui ne réfléchit pas trop, qui va là où j'ai le plus envie d'aller et où j'ai envie de m'intégrer dans le projet. C'est le cas à Bâle. Les dirigeants et le coach m'ont beaucoup observé, notamment en N3, et ils avaient besoin d'un joueur avec mon style de jeu. Ils m'ont fait comprendre qu'il manquait un profil comme le mien dans l'effectif.

Ils vous ont convaincu grâce à la connaissance qu'ils avaient de vous ?
Ils me connaissaient par coeur ! Dès le premier rendez-vous, ils m'ont montré des vidéos avec des phases de jeu très précises. Ils m'ont expliqué comment ils souhaitaient m'utiliser avec leur 4-2-3-1 et leur 4-3-3, toujours en étant dans les deux milieux relayeurs. C'est à ce poste que je veux jouer, donc c'était le projet idéal.

Bâle a de plus en plus de jeunes Français dans son effectif (Andy Pelmard, Hugo Vogel, Jean-Kévin Augustin), ça vous a rassuré ?
Bien sûr. C'est toujours mieux d'arriver dans un autre Championnat avec des joueurs de sa nationalité. Même si je ne connais personne, l'adaptation est plus facile. Mais ce qui a été le plus important, c'est le coach. Alexander Frei a joué à Rennes (52 buts entre 2003 et 2006), il connait très bien le club et il sait comment il va pouvoir me faire progresser.

« Je n'ai aucune garantie de temps de jeu à Bâle, personne ne peut dire qu'il est sûr de jouer. Mais si je fais ce qu'il faut, je vais jouer. »

Partir en Suisse, dans un championnat mineur, ne vous fait-il pas peur ?
Pas du tout. Je viens ici pour avoir du temps de jeu. Il y a de bonnes équipes et Bâle fait les barrages pour la coupe d'Europe (2e tour préliminaire de Ligue Europa Conférence contre le club nord-irlandais des Crusaders). C'est une grosse équipe.

Pourquoi avoir voulu quitter Rennes ?
La première raison, c'est le temps de jeu. J'ai fait une année dans le groupe professionnel sans vraiment jouer. Je ne pouvais pas refaire une année comme ça. Après, je n'ai aucune garantie de temps de jeu à Bâle, personne ne peut dire qu'il est sûr de jouer. Mais si je fais ce qu'il faut, je vais jouer.

Il y a une option d'achat dans votre prêt, est-ce que ça signifie que vous ne vous voyez pas forcement revenir à Rennes ?
J'ai un an à faire ici, concentré sur le football. On fera le point à la fin que ce soit avec Rennes et avec Bâle. »

lire aussi

Toute l'actu des transferts

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles