Andy Murray s'offre Matteo Berrettini au premier tour de l'Open d'Australie

Andy Murray a encore de la ressource. (Reuters)

Andy Murray a sorti un gros match pour écarter Matteo Berrettini dès le premier tour de l'Open d'Australie (6-3, 6-3, 4-6, 6-7 [7], 7-6 [6]). Le Britannique n'avait plus battu un top 20 en Grand Chelem depuis six ans.

Chien enragé sur le court, Andy Murray ne manque cependant jamais de faire preuve d'un humour très britannique dès qu'il en a l'occasion. Après près de cinq heures d'effort face à Matteo Berrettini et une victoire homérique, Murray n'a donc pas manqué de préciser que « e vais le sentir passer ce soir. Et demain. Mais là, je suis tellement heureux et fier de moi. » Et il pouvait l'être. En battant Berrettini, il venait de mettre fin à une disette de six ans face à des top 20 en Grand Chelem. Il avait aussi sauvé une balle de match dans le cinquième set. Berrettini doit d'ailleurs encore se demander comment il a pu expédier son passing de revers dans le milieu du filet sur ce coup.

lire aussi : Le film du match

Il pourra aussi se demander pourquoi il a été aussi passif durant les deux premiers sets. Car, sans rien enlever à la performance d'un Andy Murray qui n'a jamais rien lâché, l'Italien n'était que spectateur dans les deux premiers sets. Regards inquiets vers sa box, coups droits bas du filet, il ne respirait pas la confiance. Et si le score n'était pas plus sévère, c'était parque Berrettini pouvait compter sur son service (31 aces) pour glaner quelques points gratuits. Pour le reste, il se faisait manoeuvrer comme un novice alors qu'il était tout de même demi-finaliste ici même l'an dernier. Mais pour vous rentrer dans le crâne et vous faire déjouer, Murray se pose là. Et s'il a forcément perdu en endurance et mobilité depuis ses opérations à la hanche, il n'a rien perdu en vice (dans le bon sens du terme).

Mais même avec deux sets d'avance, l'affaire n'était pas pliée. Le Britannique a commencé à sentir la fatigue pointer. Avec dix ans de moins au compteur, Berrettini en a profité pour se reprendre et revenir dans le match en approchant enfin son vrai niveau. Murray voyait son adversaire revenir à deux sets partout et on pouvait se demander si on n'avait pas assisté à un de ses nombreux barouds d'honneur.

Sauf que, on l'a dit, Murray ne lâche rien. Surtout pas dans ce cinquième set haletant qui a poussé les deux hommes au super tie-break. Une nouvelle fois, Murray s'y montrait plus efficace (34 fautes dans le match contre 59 à Berrettini). Il obtenait trois balles de match et la première était suffisamment freinée par le filet pour finir hors de portée de Berrettini.