Angélique Kidjo : « J'ai joué de la vuvuzela avec Shakira ! »

Angélique Kidjo. (Fabrice Mabillot)

La chanteuse de 62 ans se raconte dans la rubrique « Fenêtre sur corps » du magazine L'Équipe.

« Je suis née asthmatique. Enfant, au Bénin, mes poumons sifflaient en raison de la poussière et de la latérite. Pourtant, mes parents ont dit : "Il faut que tu fasses du sport !"Les gens ont rétorqué : "Mais vous allez la tuer !" La première fois que j'ai couru, mes frères ont cru que j'allais mourir. Mais j'ai insisté, tôt le matin avant la chaleur, et je nageais également... Comme mes frères jouaient au foot, dès l'âge de 7 ans j'ai dit : "Je veux jouer aussi !" Maman pensait que ce n'était pas pour les filles, mais papa m'a encouragée. J'ai adoré ! Ça m'a appris l'effort en équipe, à me mouvoir, à anticiper, à avoir le regard partout. J'étais dans tous les coups. Il y avait un manguier devant la maison. Comme j'étais la plus agile, je grimpais tout en haut pour attraper les fruits les plus mûrs.

Je suis dopée au sport. Si je n'en fais pas, comment puis-je monter sur scène, danser et chanter pendant deux heures ? Je chante mieux grâce au sport. Je ne fume pas. J'ai essayé l'alcool mais, le lendemain, je n'ai plus de voix, comme si j'avais une balle de tennis dans la bouche. Les cordes vocales sont comme des muscles. Au début de ma carrière, comme j'ai une voix puissante, elles étaient physiquement en danger.


lire aussi

Khaled Miloudi : « Pour survivre, j'ai fait six à huit heures de sport par jour »

Me faire opérer aurait ruiné ma carrière. Heureusement, un ORL m'a sauvée. Les nodules qui sont sur mes cordes vocales font la signature de ma voix. Le jour d'un concert, je me conditionne comme pour un match. Le matin, je réchauffe mes cordes vocales en faisant mes gammes bouche fermée, tel un massage interne. Peu à peu, elles s'assouplissent et je peux alors émettre des notes plus aiguës. Je ne fais jamais plus de quatre concerts par semaine.

Manger en tournée est un défi total. Les sandwiches, je ne peux plus les voir en photo. Je me débrouille pour trouver un restaurant thaï, un plat végane... Je suis devenue flexitarienne : de moins en moins d'aliments d'origine animale au profit de végétaux sains. Ma grand-mère maternelle me soignait par les plantes, je m'en inspire aujourd'hui. Depuis huit ans, la méditation a transformé ma vie : vingt minutes au réveil et avant le dîner. Ainsi, mon cerveau se met sur pause.

J'étais invitée à la dernière finale de Flushing Meadows (en septembre). Purée, c'était intense ! J'étais en loge mais je sautais partout. Ce jeune Espagnol (Carlos Alcaraz, vainqueur en quatre sets du Norvégien Casper Ruud), il est dément ! On le sent porté par une passion qui vient de loin. Et son intelligence, son sens du jeu, sa vitesse... Comme j'ai chanté à la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de foot 2010, j'ai assisté au match qui opposait l'Afrique du Sud au Mexique, aussi. Quel spectacle ! J'ai joué de la vuvuzela avec Shakira ! J'ai cassé les oreilles de tout le monde en soufflant comme une forcenée.

Je regarde beaucoup de sport à la télé, j'adore les Jeux Olympiques. Je suis actrice, je hurle, j'encourage, je ne tiens pas en place ! Mon mari se moque de moi. Quand notre fille Naïma jouait au basket, au lycée à New York, je lui faisais honte à force de crier à chaque action. Je ne pouvais pas rester dans la salle, c'était trop d'émotions ! »