Annaëlle Deshaye après Nouvelle-Zélande - France : « Le vestiaire est triste »

Annaëlle Deshaye a partagé la déception des Bleues. (F. Porcu/L'Équipe)

La pilier de l'équipe de France a évoqué la déception du groupe après la défaite face aux Black Ferns en demi-finales du Mondial (25-24), samedi.

« Quel est votre premier sentiment après cette défaite cruelle ?
C'est toujours frustrant de perdre. On n'était à rien de pouvoir passer (les Bleues ont eu la pénalité de la gagne à une minute de la fin). Il faut vite qu'on bascule, pour penser directement au Canada (en petite finale, samedi prochain). C'est dur parce qu'un point ce n'est rien. On sort un gros match, je pense que c'est le meilleur que l'on ait fait depuis le début. C'est frustrant quand on voit le résultat. On aurait pu passer mais c'est comme ça. Aller chercher une troisième place en Nouvelle-Zélande, c'est important.


lire aussi

Les Bleues battues d'un point par la Nouvelle-Zélande

Comment expliquez-vous cette défaite ?
On a fait un peu trop de fautes, sur des zones de marque notamment. C'est un peu compliqué. Quand on est venues dans leur camp, on n'a pas forcément scoré. C'est dur à analyser à chaud.

Les Néo-Zélandaises ont semblé plus agressives que vous en fin de match...
Le banc néo-zélandais a beaucoup apporté mais le nôtre aussi. Safi (N'Diaye) prend un carton mais elle fait une très grosse entrée. Marjo (Mayans) fait une très grosse entrée. Les deux piliers en face jouent au ballon, elles savent porter. En deuxième période, il y a très peu de mêlées. Elles ont apporté beaucoup d'énergie. Les Néo-Zélandaises ont fait leur coaching au bon moment.

Avez-vous senti une baisse de régime de l'équipe après la pause ?
Je n'ai pas l'impression qu'on ait été moins agressives en deuxième période. Prendre rapidement cet essai, ça pique un peu. Mais on a su garder le plan de jeu, respecter ce qu'on avait dit dans les vestiaires. On n'a pas tout bien fait, c'est vrai, mais elles non plus. Ce match aurait pu basculer d'un côté ou de l'autre, c'est la loi du sport.

Quelle ambiance règne dans le vestiaire ?
Le vestiaire est triste. C'est compliqué pour tout le monde, notamment les plus jeunes, mais aussi Safi qui a pris un jaune ou Caro (Caroline Drouin, qui a manqué la dernière pénalité). Mais il y a une troisième place à aller chercher, on ne peut pas revenir en arrière. »