Anne Hidalgo favorable à la participation des Russes, sous bannière neutre, aux JO 2024

Anne Hidalgo souhaite voir les athlètes russes concourir aux JO en 2024 à Paris. (B. Papon/L'Équipe)

La maire de Paris Anne Hidalgo s'est déclarée favorable à la participation des athlètes russes, sous bannière neutre, aux Jeux Olympiques 2024.

La maire de Paris Anne Hidalgo a souhaité ce jeudi la participation des athlètes russes, mais sous bannière neutre, aux Jeux Olympiques de Paris en 2024, contrairement au président ukrainien Volodymyr Zelensky qui a demandé leur exclusion. « Je pense que c'est un moment pour les sportifs et qu'il ne faut pas priver les athlètes de leur compétition. Mais je pense et je plaide, comme une grande partie du mouvement sportif, pour qu'il n'y ait pas de délégation sous bannière russe, a-t-elle expliqué sur France 2.

lire aussi : Toute l'actu de Paris 2024

Mme Hidalgo préfèrerait voir les sportifs russes concourir « sous une bannière neutre », comme cela s'est déjà produit par le passé. « Bien sûr que les Jeux interviennent dans un espace géopolitique, a-t-elle ajouté. J'espère que la guerre en Ukraine sera derrière nous lorsque nous accueillerons les Jeux de Paris, qui seront quand même le premier grand moment de rencontre fraternelle très attendue, parce qu'après le Covid, après tout ce qu'on vient de vivre, il y a un besoin de se retrouver autour du sport. »

Mardi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exigé auprès de son homologue français Emmanuel Macron que les Russes soient bannis sans attendre des prochains JO. Le Comité international olympique a toutefois dessiné mercredi une feuille de route pour les réintégrer dans le sport mondial. « Aucun athlète ne devrait être interdit de compétition sur la seule base de son passeport », a réaffirmé dans un communiqué l'exécutif de l'instance olympique après avoir consulté des représentants des sportifs, fédérations internationales et comités nationaux olympiques.

lire aussi : Le CIO fixe les conditions pour le retour des athlètes russes et biélorusses

Interrogée sur la situation de travail illicite sur des chantiers olympiques mis à jour lors de contrôles, Anne Hidalgo a insisté sur le fait que les abus seraient punis : « On sait qu'il a y eu ici et là des dérives, des employeurs margoulins, parce que justement on a mis en place des éléments de détection. Il faut aller plus vite et d'ailleurs, ces entreprises qui ont été attrapées la main dans le sac vont vraiment payer leurs responsabilités très fortement, ce sont des infractions pénales. »