Anthony Jelonch, avant d'affronter l'Australie avec les Bleus : « Gagner encore et encore »

Anthony Jelonch à l'entraînement, à une semaine d'affronter l'Australie. (HERVIO JEAN MARIE/L'Équipe)

Invité en conférence de presse avec Yoram Moefana, le troisième-ligne toulousain n'a pas caché l'ambition des Bleus à une semaine d'affronter l'Australie (le 5 novembre), au Stade de France.

Anthony Jelonch, avant d'affronter l'Australie avec le XV de France samedi 5 novembre (21 heures) au Stade de France : « Deux semaines de préparation, c'est très bénéfique et ce n'est pas de trop. On voit que sur la première semaine, on n'était pas prêts. On a travaillé de nombreux petits points mais pour beaucoup ça faisait huit mois qu'on ne s'était pas vus. On aura du jus pour aborder ces rendez-vous. On a trois gros matches à venir. On retrouve notre rugby petit à petit et il faudra être à 100 % pour gagner l'Australie (le 5 novembre), l'Afrique du Sud (le 12 novembre) et le Japon (le 20 novembre).

Bien sûr qu'on accorde de l'importance à notre série en cours mais on est aujourd'hui focus sur l'Australie. L'Afrique du Sud, les champions du monde, on y pense dans un coin de la tête mais c'est priorité à l'Australie, un gros morceau. Les Boks, on regardera après, même si on les connaît déjà bien. On a vécu de grandes choses tous ensemble, des moments uniques. Mais si on veut marquer cette génération, ça veut dire qu'on doit gagner encore et encore avant cette Coupe du monde qui arrive à grands pas (8 septembre-28 octobre 2023).

(Sur le capitanat) Avec Charles (Ollivon) et Greg (Alldritt), on se connaît très bien, c'est facile de jouer ensemble. Charles, même s'il n'est pas capitaine, a toujours cette place de leader dans le groupe. Maintenant, c'était logique qu'Antoine (Dupont) conserve le brassard. On en a discuté entre nous et avec le staff. Il reste sur huit victoires, c'est le meilleur joueur du monde, il a largement les épaules pour l'être. »

Yoram Moefana : « C'est vrai qu'à Bordeaux, je joue plutôt centre, même si je peux dépanner à l'aile. Cette semaine, je me suis entraîné à l'aile, avec Matt (Matthis Lebel). Je me sens bien et j'ai mes repères dans cette équipe, même si je me décale du centre à l'aile. Pour jouer centre, il faut de la concentration car les ballons peuvent passer dans le dos, il faut vite faire les bons choix. À l'aile également, il faut être attentif dans le replacement. »


lire aussi

Lebel : « L'Australie est capable de proposer un jeu extraordinaire »