Anthony Turgis, vice-champion de France : « Florian Sénéchal n'a pas craqué »

Anthony Turgis a terminé deuxième de la course en ligne des championnats de France ce dimanche. (E. Garnier/L'Équipe)

Devancé par Florian Sénéchal ce dimanche lors de la course en ligne des championnats de France, Anthony Turgis regrettait d'avoir lancé son print « un poil trop tard » pour espérer l'emporter.

Anthony Turgis (TotalEnergies, 2e de la course en ligne derrière Florian Sénéchal) : « Je passe encore plus proche de la victoire qu'en 2018 (deuxième derrière Anthony Roux). Ça prouve que je suis bien sur les circuits mais bon... Le maillot tricolore, c'est le rêve et cette fois, c'est Florian (Sénéchal) qui l'a réalisé. Sur ce circuit usant, il fallait se replacer sans cesse, il y avait beaucoup de rétrécissements et comme les équipes de sprinteurs voulaient faire la course, cela s'est vraiment durci (46 km/h) et il y avait vraiment un cran entre les coureurs qui pouvaient accélérer et ceux qui pouvaient juste suivre.

Anthony Turgis

« Le sprint était long, il fallait de la force »

J'ai réussi à aller devant mais malheureusement, Alexis (Vuillermoz) a craqué un peu tôt. J'ai dû rouler pour rentrer sur Florain et Benjamin (Thomas). Le sprint était long, il fallait de la force. J'ai lancé un poil trop tard, je pensais que je pourrais remonter dans les derniers mètres mais Florian a tenu, il n'a pas craqué. »

lire aussi

Florian Sénéchal après son titre de champion de France : « La roue tourne enfin »

Axel Zingle (Cofidis, 3e de la course en ligne) : « Ce matin (dimanche), j'avais été désigné avec Benjamin (Thomas) pour faire la course à l'avant pendant que Bryan Coquard restait au chaud. Je viens du VTT, j'aime les circuits sinueux, des relances où ça se fait pas mal au pilotage. Ça roulait très vite et, dans le final, j'ai eu du mal à récupérer même en restant dans les roues. Comme Benjamin était avec moi, je ne roulais pas et je me disais que les autres devaient avoir mal aux jambes. Quand j'ai lancé, je me suis fait remonter facilement, c'était du grand Florian et du grand Anthony. »

lire aussi

Le classement de la course