Antiracisme : Hamilton demande aux écuries d'en faire plus

Benjamin Vinel
·3 min de lecture

Voilà un mois et demi que la lutte contre le racisme a pris de l'ampleur aux États-Unis et dans le reste du monde à la suite de la mort de George Floyd à Minneapolis, fin mai. Les manifestations semblent néanmoins se raréfier ces derniers temps, mais continue d'exiger davantage de tolérance et de diversité, notamment dans le monde de la Formule 1.

Certains pilotes posent un genou à terre en signe de soutien à la lutte contre le racisme

Certains pilotes posent un genou à terre en signe de soutien à la lutte contre le racisme<span class="copyright">Mark Sutton / Motorsport Images</span>
Certains pilotes posent un genou à terre en signe de soutien à la lutte contre le racismeMark Sutton / Motorsport Images

Mark Sutton / Motorsport Images

Hamilton insiste sur le fait que pour lui, le combat ne fait que commencer. Le Britannique, qui a créé son propre programme pour améliorer la diversité en sport automobile, salue par ailleurs l'initiative de son écurie, Mercedes, qui s'est engagée à progresser dans ce domaine après avoir révélé que seuls 3% des employés de l'écurie considéraient appartenir à une minorité ethnique, par rapport aux 14% dans la population anglaise et galloise en 2011.

Lire aussi :

Hamilton lance un programme pour améliorer la diversité en sport auto

"Il s'agit de comprendre", poursuit-il. "J'ai passé un peu de temps en F1 à parler à certains pilotes qui ne comprennent peut-être pas complètement l'impact que peut avoir leur voix. Certains d'entre eux ne veulent pas soutenir Black Lives Matter mais soutiennent l'antiracisme ; or, c'est la même chose. Je suis fier que mon équipe reconnaisse le problème, mette le genou à terre, et de ce qu'a fait Mercedes cette année pour améliorer la situation. C'est extrêmement encourageant."

"Mais que faire par la suite ? Je ne sais vraiment pas. J'apprends, comme vous tous. Tout ce que je peux dire, c'est que ce n'est pas fini. Mettre le genou à terre avant le départ d'une course, avoir une voiture noire, ça ne résout pas le problème. Ça aide à continuer de sensibiliser, mais nous avons tout une saison, tout une année devant nous, et pour moi, c'est un combat constant à mener pour nous tous, vous [journalistes] compris. Nous pouvons tous contribuer et avoir un impact positif dans notre environnement."

Hamilton souhaite donc voir les autres écuries agir davantage sous l'impulsion des instances dirigeantes. "La Formule 1 a fait un pas en avant, mais elle peut en faire plus", insiste l'Anglais. "Lors de notre réunion Zoom, j'ai dit : 'Écoutez, la Formule 1 a dit qu'elle soutenait le combat contre le racisme, et c'est génial de voir que Mercedes fait pareil, mais aucune autre équipe n'a dit quoi que ce soit'."

"Certes, les mécaniciens Red Bull ont mis le genou à terre et c'est génial, mais publiquement, en tant qu'entreprise et qu'écurie, si l'on regarde Ferrari, pour qui travaillent des milliers de gens, je n'ai pas entendu le moindre mot de Ferrari disant qu'ils prenaient leurs responsabilités et qu'ils allaient faire telle chose à l'avenir. Il faut que les écuries le fassent et que la Formule 1 et la FIA soient des leaders dans ces scénarios. Beaucoup de gens ne savent pas quel est le problème, certains nient le fait qu'il y a un problème, et c'est pourquoi j'ai créé ma commission. Chacun a son avis, mais je veux vraiment aller au fond des choses en finançant quelque chose qui va créer le changement à la racine."