Antoine Griezmann, aussi actif qu'endurant au milieu de terrain

Antoine Griezmann face au Danemark. (A. Réau/L'Équipe)

L'activité d'Antoine Griezmann au poste de milieu relayeur depuis le début de la Coupe du monde avec les Bleus se traduit aussi au niveau des statistiques

Si l'équipe de France était une voiture, Antoine Griezmann en serait à la fois un essuie-glace et un piston. De droite à gauche, et de bas en haut, il est presque partout quand on regarde les cartes de ses zones d'évolution en ce début de Mondial. Ça fait des bornes à son compteur : 22,4 précisément, selon les données de la FIFA. À part Adrien Rabiot (23,8 km), aucun Bleu ne s'est autant baladé sur les terrains du Mondial. Mais quand ce volume apparaît normal pour un relayeur comme Rabiot, il relève de la performance de haut-vol pour un milieu offensif comme Griezmann (voir infographie). Considéré comme l'un des membres du quatuor chargé d'animer l'attaque française, le Madrilène a rempli cette tâche tout en courant 6 kilomètres de plus environ que ses compères Kylian Mbappé, Ousmane Dembélé et Olivier Giroud, situés plus haut sur le terrain.

lire aussi : Mondial : les coulisses de la reconversion de Griezmann en milieu relayeur

Les données très précises de la FIFA disent à quel point « Grizou » ne cesse d'être en mouvement. Au total des deux matches, il est le Bleu qui a parcouru le plus de kilomètres (8,6) à faible allure, ses déplacements entre 0 et 7 km/h lui permettant de regagner ses zones. Mais il est aussi le troisième Bleu au nombre de bornes parcourues entre 15 et 25 km/h -4,3 derrière Rabiot (4,7) et Tchouameni (4,5)-, courses exigeantes qui lui servent à presser, se replier, appeler le ballon, le remonter... et à être présent aux avant-postes à la 86e minute pour délivrer un centre décisif vers Kylian Mbappé, dimanche dernier face au Danemark.

lire aussi : Toute l'actualité de la Coupe du monde