Antoine Rozner avant la finale de la Race to Dubaï : « Le signe d'une saison aboutie »

Antoine Rozner participera pour la troisième fois à la finale de la Race to Dubaï. (S. Boué/L'Équipe)

Quatre Français (Victor Perez, Antoine Rozner, Matthieu Pavon et Romain Langasque) ont gagné le droit de disputer le DP World Tour Championship, qui rassemble le top 50 européens. Tous ont un objectif en tête : s'imposer dimanche au nez et à la barbe du n°1 mondial Rory McIlroy.

Antoine Rozner (29 ans, 30e à la Race) : « Rester bien concentré »

« C'est toujours une belle récompense de terminer la saison ici. C'est le signe d'une saison aboutie, et complète. On est 50 joueurs, c'est peu. Sachant qu'il y en a une quinzaine qui ne sont pas dans la même catégorie que nous parce qu'ils marquent des gros points en Majeurs donc ça fait 35 joueurs vraiment réguliers sur le circuit européen. Ça veut dire qu'on a fait une bonne saison, donc content d'être là. Rester dans le top 30 (pour la qualification directe au British Open), c'est un objectif mais je me dis que ce n'est pas une fin en soi. Ce serait top, mais il y a une bonne semaine à faire tout simplement sans rentrer dans le calcul. Juste essayer de faire une bonne semaine. C'est ma troisième finale, je n'ai jamais très bien réussi sur ce parcours. Maintenant je pense que ça peut vite cliquer, si on arrive à prendre confiance sur certaines mises en jeu.

Il y en a quelques-unes qui m'embêtent un peu ici et si j'arrive à bien les négocier je peux arriver à glisser un bon score. J'ai le souvenir d'avoir fait -5 pour finir ici donc il faut juste essayer de répéter ça. C'est pas évident de gérer ce format (sans cut), j'ai le souvenir d'avoir un peu galéré avec ça dans le sens où on fait un peu moins attention, on se dit qu'on a quatre tours, que même si on fait un bogey on a le temps de le rattraper etc. Donc il faut rester bien concentré et ne pas se dire que quoiqu'il arrive on est tranquille. Bien rester concentré, c'est un vrai challenge pour moi. La semaine dernière je n'étais pas dans un très bon golf mais pour autant j'ai été assez sérieux pendant quatre tours et si je peux continuer comme ça, ça devrait aller. »

lire aussi : Le n°1 mondial Rory McIlroy chasse le doublé FedEx Cup - Race to Dubaï

Matthieu Pavon (30 ans, 37e à la Race) : « Un format qui convient bien »

« On a fait plutôt une bonne saison, ça dépend des objectifs de chacun. Pour ma part je suis très content, car j'ai eu une année assez compliquée, pas vraiment en termes de golf mais en dehors. J'ai eu le Covid sur Abu Dhabi et Dubaï pour démarrer, deux Rolex Series donc quand il n'y en a que trois-quatre, ça fait un peu mal d'en manquer deux. J'ai eu un enfant aussi cette année, ça fait beaucoup de changements dans ma vie et d'une façon perso je suis vraiment très heureux de faire partie de cette finale. C'est ma troisième finale, j'aime bien ce parcours, je m'entraîne souvent ici quand je viens en janvier faire mes stages de préparation, c'est un parcours qui m'est familier. C'est vrai que la préparation est différente de ce qu'on peut trouver en janvier, il est assez exigeant sur les coups de fer, avec des greens qui auront probablement beaucoup de grains, et donc des occasions de putts longs qui vont être difficiles à gérer.

C'est un parcours qui peut paraître un peu ouvert, un peu simple mais pas mal de petites choses à gérer quand on se rapproche du trou. Inconsciemment un cut met toujours une pseudo pression. Ce sont des tournois où on sait qu'on va envoyer quatre tours donc on sait que si on a un tour un peu moins bon on a toujours une chance de se rattraper le lendemain et ça c'est un format qui convient bien à tous les joueurs. L'objectif de la semaine, c'est de gagner le tournoi, pourquoi pas ? Je joue bien au golf, j'ai progressé dans tous les compartiments du jeu, je vais essayer comme chaque semaine, peu importe le champ de joueur ou la difficulté du parcours, de remporter un titre que je n'ai pas encore. »

Romain Langasque (27 ans, 50e à la Race) : « Je n'ai rien à perdre »

« C'est un objectif qu'on a en début d'année. Après j'avais plutôt très bien démarré la saison donc j'étais un peu déçu de devoir batailler jusqu'à la fin pour me qualifier. Être ici, c'est toujours agréable, c'est un tournoi assez spécial. La semaine dernière, j'ai pris une stratégie très safe toute la semaine car c'est un parcours où tu peux vite faire des doubles ou des triples (bogeys) si tu t'excites un peu. J'étais "under pressure" toute la semaine et je m'en suis plutôt bien sorti. Je suis là pour gagner très sincèrement.

Je reste sur une bonne semaine, je sais que ça va être très dur, qu'il y a des gros joueurs, mais j'ai rien à perdre, j'ai tout à gagner, je suis dans les derniers qualifiés, je vais prendre ma chance, tout donner et sincèrement j'ai la prétention d'essayer de gagner. Il y a sept des 25 meilleurs du monde, on sait que ça va jouer au golf et qu'entre guillemets eux ne vont pas avoir le pied sur le frein. Je ne vais pas être stupide, j'ai une stratégie en place, je vais la suivre, j'aimerais avoir simplement la chance dimanche de pouvoir gagner ce tournoi. Je vais essayer d'être patient car c'est un parcours qui n'est pas très exigeant du tee mais qui demande quand même avec la chaleur et le niveau de jeu de rester concentré. Et on verra ce qui se passe. »

lire aussi : Toute l'actualité du golf