Patrick Anton, président du Conseil national de l'éthique de la FFF « appelle à la démission de Noël Le Graët »

Patrick Anton, président du conseil national de l'éthique, s'est exprimé sur le cas Le Graët. (L'Équipe)

INFO L'ÉQUIPE. Patrick Anton, le président du Conseil national de l'éthique de la FFF, réclame le départ du patron de la Fédération, Noël Le Graët, jugé discrédité pour occuper une telle fonction.

Normalement discret, le Conseil national de l'éthique (CNE) de la Fédération française a décidé de sortir de sa réserve par la voix de son président, Patrick Anton, qui demande solennellement la démission de Noël Le Graët, le « boss » de l'instance fédérale : « j'appelle le président de la Fédération au retrait de ses fonctions et donc à sa démission», a-t-il d'abord lancé.

lire aussi : Nouveaux témoignages contre Noël Le Graët dans le cadre d'une enquête de Radio France

Avant de poursuivre : « On a besoin d'un pouvoir qui soit fort et serein, ce qui malheureusement n'est plus le cas. On est amenés toute la saison à appliquer à des dirigeants - notamment des présidents de districts ou de ligues - les règles en matière d'éthique et à transmettre des dossiers à des commissions de discipline parce qu'ils ont franchi la ligne. Concernant le président de la Fédération, si bien évidemment on n'entend pas saisir une commission de discipline, on ne peut que lui demander de se retirer, dans l'intérêt supérieur du football. On ne veut pas non plus tirer sur une ambulance puisque l'on voit bien que ça sort un peu de partout. Mais on ne va pas gâcher les bons résultats financiers et sportifs de la FFF par un feuilleton qui relève plus de la page des faits divers que de la rubrique football. »

Si Patrick Anton, ancien avocat et ex-arbitre, lance cet appel au départ de Le Graët, « c'est par application des principes éthiques de la Fédération qui sont bien rappelés par la charte éthique. Il faut de la sérénité pour que l'on passe à autre chose. Il faut éviter le déballage. Quand ça commence, on ne sait plus où ça s'arrête. Dès qu'une langue se délie, toutes les autres suivent. » Pour lui, « le président Le Graët a tenu des propos qui démontrent qu'il a perdu un peu de sa lucidité. C'est un homme qui est fatigué, qui a besoin de passer à autre chose. Gouverner une Fédération qui a deux millions de licenciés suppose que l'on ne perde pas son calme et sa sérénité comme il l'a fait. Il faut retrouver un cap fort. »

Un comité exécutif extraordinaire de la FFF se réunira mercredi matin

lire aussi : Les accusations de Sonia Souid envers Noël Le Graët : « Il m'a fait comprendre qu'il aimerait bien que je finisse dans son lit »