Après avoir visé les supporters, Paulo Fonseca calme le jeu

Paulo Fonseca avait vivement critiqué les supporters, à l'issue du match contre Reims. (A. Martin/L'Équipe)

L'entraîneur du LOSC Paulo Fonseca n'a pas voulu alimenter la polémique qu'il a lui-même créée à l'issue du match nul contre Reims lundi (1-1). Il avait critiqué l'attitude et les sifflets d'une partie des supporters.

Paulo Fonseca est revenu vendredi midi sur ses propos d'après match contre Reims (1-1) où il avait exprimé sa frustration, la possibilité de quitter le club si les supporters étaient mécontents de lui, et son indignation concernant les sifflets d'une partie des supporters ayant escortés les relances de son équipe depuis l'arrière et de son gardien.

« Je ne veux pas me défiler, vient d'expliquer le Portugais. Il est vrai que j'étais très frustré par le match, mécontent de la situation et du résultat. Je l'ai accepté mais ma réaction, à chaud, a été assez forte. J'ai réagi sur le coup de l'émotion. J'ai peut-être été trop dur mais je défendais mes joueurs et ma méthode. Je comprends très bien l'attitude des supporters. Ils connaissent nos ambitions dans le jeu et ce que l'on construit. Quand on est coach, on doit rester ouvert aux critiques. Je ne pense pas qu'il soit utile de créer une polémique supplémentaire sur ce thème. J'espère que demain (dimanche face à Troyes en Coupe de France, 20h45 à Pierre-Mauroy) ils nous encourageront. Comme ils l'ont toujours fait. On est et on restera ensemble. Tout le monde comprend que nos joueurs ont besoin d'encouragements. Une équipe doit faire preuve de courage. Si on continue de cette manière, nous aurons un avantage et les supporters seront avec nous. »

lire aussi : Paulo Fonseca après le nul contre Reims : « Je suis très déçu de nos supporters »

Ce jeudi soir, les ultras des Dogues Virage Est (DVE) ont toutefois publié un communiqué où ils n'ont pas ménagé Paulo Fonseca, expliquant qu'il n'acceptait pas la critique et qu'il était dommageable qu'au premier coup de vent, le capitaine soit prêt à quitter le navire. L'entraîneur lusitanien, qui sera privé dimanche de José Fonte (adducteurs), Jonathan Bamba (mollet), d'André Gomes (alerte à un mollet) et de Leo Jardim (plaie à un genou, Chevalier sera titulaire), n'en a pas rajouté non plus.

« Je les comprends, confie-t-il. Probablement ils ne me connaissent pas très bien. On devrait écouter ce que les supporters disent. Maintenant, je ne veux pas que ce qui s'est passé devienne un problème pour mon équipe. C'était mon sentiment. Peut-être étais-je trop susceptible sur le moment. Nous avons un nouveau projet, de jeunes joueurs. Si on compare avec d'autres équipes qui ont fait de gros investissements, nos moyens sont moins importants. Si nous restons tous ensemble, nous pouvons nous rapprocher de ces budgets plus importants. L'une des premières choses que j'ai proposées en arrivant ici était de mettre en place une façon de jouer dont les supporters seraient fiers. Je pense que tout le monde le reconnaît. Rien ne changera par rapport à ça. Je suis très heureux ici. Quand j'ai eu la possibilité venir Lille, ce qui m'a motivé le plus, c'est d'avoir la possibilité de construire une solide identité d'équipe. J'ai rencontré les joueurs et j'ai été très motivé par ce projet. Je peux dire aujourd'hui que nous avons créé cette identité. Que les joueurs adhèrent plus vite que je ne l'espérais. Le club m'a donné la possibilité de faire ce que je voulais. Il serait dur d'être plus heureux que je ne le suis à Lille et de prendre plus de plaisir comme j'en ai ici. »

lire aussi : L'actualité du foot