Après des JO de Tokyo cauchemardesques, Simon Geschke consolé par son chien

·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

JEUX OLYMPIQUES - Simon Geschke a eu le droit à un accueil spécial à son retour des JO Tokyo. Son chien Jimi lui a sauté dans les bras sur le quai de la gare de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article.

Le coureur cycliste allemand a partagé sur Twitter la vidéo des tendres retrouvailles ce lundi 2 août. Un moment fort en émotion pour le sportif qui était séparé de son compagnon à quatre pattes depuis six semaines. L’Allemand était engagé du 26 juin au 18 juillet sur le Tour de France sous les couleurs de l’équipe Française Cofidis. Une course conclue à la 62e place à plus de 2h30 du vainqueur, le Slovène Tadej Pagacar.

Du réconfort après le cauchemar de Tokyo

Après les trois semaines de course, Simon Geschke avait enchaîné par la préparation en vue des Jeux Olympiques de Tokyo. Aux côtés de Maximilian Schachmann Nikias Arndt et Emanuel Buchmann, il devait représenter l’Allemagne sur l’épreuve de la course en ligne disputée sur les pentes du célèbre mont Fuji. Mais rien ne s’est déroulé comme prévu pour le cycliste qui a dû déclarer forfait la veille de la course, le 23 juillet, après avoir été testé positif au Covid-19.

“C’est vraiment dur, si proche de la compétition, d’être retiré de la course. J’ai respecté toutes les règles d’hygiène autant que possible. Je me sens bien physiquement, mais émotionnellement c’est un jour noir pour moi”, avait-il réagi après l’annonce de son test positif.

Le coureur avait par la suite été placé en quarantaine, contraint d’assister à la victoire de l’Équatorien Richard Carapaz devant sa télévision. Sur Twitter, il s’était plaint des conditions d’isolement.

“Dans l’hôtel de quarantaine officiel des JO: fenêtres verrouillées, 3 sorties de la chambre autorisées par jour, haut-parleur au plafond de la chambre pour vous réveiller à 7h du matin pour vérifier votre température. On peut dire que c’est (avec un peu de chance) le moment où je serai le plus proche de la prison.”

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il avait finalement pu sortir de la quarantaine le 1er août pour ainsi mettre fin au “voyage le plus inutile de (sa) carrière”, comme il le décrit lui-même.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi Philippe Etchebest s’est transformé en gendarme dans son restaurant

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles