Après Mikkola, Kankkunen ou Mäkinen : Kalle Rovanperä, le digne héritier attendu par la Finlande

Kalle Rovanperä a décroché son premier titre. (McKlein Toyota Gazoo Racing)

Pays qui compte le plus de champions du monde (7), la Finlande attendait un nouveau titre depuis 2002. Mais Kalle Rovanperä a mis fin à cette période de disette et rejoint un groupe de pilotes adulés au pays du rallye.

À 22 ans et 1 jour, Kalle Rovanperä est devenu le plus jeune champion du monde des rallyes explosant l'ancien record de précocité détenu par Colin McRae, sacré à 27 ans et 89 jours. Le natif de Jyväskylä met aussi un terme à une traversée du désert de 20 ans pour le rallye finlandais, qui n'avait jamais connu cela depuis 1977 et le lancement de la Coupe FIA pour les pilotes précurseurs du championnat du monde pilotes, datant lui de 1979.

lire aussi


Rovenperä, portrait d'un jeune premier

Depuis que Markku Allen avait remporté ce premier trophée en 1978 (se constituant au passage un palmarès d'exception avec plus 800 spéciales gagnées et 6 montées sur le podium du Championnat), jamais la Finlande n'avait dû attendre plus de quatre ans entre deux titres (entre 1987 et 1991 à l'époque). En Nouvelle-Zélande, Rovaperä a mis fin à l'anomalie débutée par le titre de Petter Solberg (Norvège) puis entretenue par Sébastien Loeb, Sébastien Ogier et Ott Tänak (Estonie). Il devient le septième champion du monde finlandais et rejoint six glorieux aînés.

Ari Vatanen (1981)


L'année de son sacre, au volant d'une Ford Escort RS1800, il domine trois épreuves (Grèce, Brésil et Finlande) et arrache le titre au Français Guy Fréquelin grâce à sa deuxième place au rallye de Grande-Bretagne, terme du Championnat. Installé en France (où il a même été élu pour son deuxième mandat de député européen), il a remporté cinq de ses dix victoires mondiales avec la Peugeot 205 T16 entre 1984 et 1985. Il s'illustrera aussi en remportant la montée de Pikes Peak en 1988, ainsi que le Paris-Dakar à quatre reprises, à chaque fois au volant de Peugeot.

Hannu Mikkola (1983)


Après avoir terminé à cinq reprises sur le podium du Championnat sans le remporter, Mikkola a fini par enlever le titre 1983 au volant son Audi Quattro A1 puis A2. Il est alors âgé de 41 ans, quasiment le double de Rovanperä aujourd'hui, et reste à ce jour le plus vieux champion WRC. Cette année-là, il gagne quatre rallyes, en Suède, au Portugal et en Finlande. Il termine encore deuxième du Championnat en 1984. Il gagnera au total 18 rallyes mondiaux et près de 700 spéciales. Mikkola est décédé en février 2021 à l'âge de 78 ans. Un hommage lui avait rendu au rallye de Finlande 2021

Timo Salonen (1985)


Après avoir connu ses premiers succès en WRC avec une Fiat 131 Abarth (Québec 1977) puis des Datsun (160J en Nouvelle-Zélande 1980 puis Violet GT en Côte d'Ivoire 1981), il décroche le titre mondial dès sa première vraie saison complète à ce niveau au volant d'une Peugeot 205 T16. Signe de sa domination, il devient le premier pilote à remporter quatre rallyes mondiaux de suite (Grèce, Nouvelle-Zélande, Argentine et Finlande). Le natif d'Helsinki remontera sur le podium en fin de saison 1986 (3e) et terminera sa carrière avec onze victoires, la dernière en Suède, en 1987, avec une Mazda 323.

Juha Kankkunen (1986, 1987, 1991, 1993)


Il est devenu le premier pilote de l'histoire à conserver son titre mondial avec les sacres de 1986 et 1987. Un exploit rehaussé par le fait qu'il a été accompli avec deux constructeurs différents (Peugeot puis Lancia, à la suite de l'arrêt de la marque au lion). Après une troisième couronne, avec Lancia à nouveau, il triomphera au volant d'une troisième marque : Toyota, en 1993. Outre ses quatre titres, il accumulera 23 victoires et 75 podiums au total, tous des records à ce moment-là.

Tommi Mäkinen (1996, 1997, 1998, 1999)


Deuxième pilote à atteindre les quatre titres mondiaux, il fut le premier à les enchaîner consécutivement, de 1996 à 1999. L'incroyable suspense lors de ses titres 1997 (pour un 1 point contre Colin McRae) et 1998 (validé suite à l'abandon de Carlos Sainz à 300 m de l'arrivée du dernier rallye) a marqué l'époque au-delà des résultats. Même s'il a obtenu sa 24e et dernière victoire avec Subaru (et la première avec une Ford Escort), sa carrière de pilote reste liée à Mitsubishi, puisqu'il a fait gagner les Lancer Evolution III, IV, V et VI. Il fut ensuite le patron du programme Toyota en rallye de 2016 à 2020.

Marcus Grönholm (2000, 2002)


Après avoir connu des participations sporadiques pendant dix ans au Championnat, le natif du Sud de la Finlande a obtenu la consécration dès sa première saison complète pour un constructeur (à 32 ans) avec le titre 2000 au volant de la Peugeot 206 WRC. Toujours avec la marque française, il doublera la mise en 2002 et semblait avoir le profil pour rejoindre Mäkinen et Kankkunen au palmarès du rallye finlandais. Mais il ne pourra faire mieux que deux deuxièmes places au Championnat en 2006 et 2007 - derrière Sébastien Loeb à chaque fois - avant de prendre sa retraite, nanti de 30 victoires en WRC.

lire aussi


Toute l'actu du rallye