Après SpaceX, Blue Origin fera aussi atterrir des astronautes sur la Lune

Illustration diffusée le 19 mai 2023 par la Nasa de l'alunisseur de l'entreprise spatiale américaine Blue Origin, baptisé Blue Moon, sélectionné pour la mission lunaire Artémis 5
Illustration diffusée le 19 mai 2023 par la Nasa de l'alunisseur de l'entreprise spatiale américaine Blue Origin, baptisé Blue Moon, sélectionné pour la mission lunaire Artémis 5

Deux ans après avoir attribué un premier contrat à SpaceX, la Nasa a annoncé vendredi avoir choisi l'entreprise spatiale américaine Blue Origin pour construire un deuxième système d'alunissage, destiné à amener des astronautes sur la surface de la Lune.

L'alunisseur a été sélectionné pour la mission Artémis 5, qui doit avoir lieu en 2029. Il devra auparavant démontrer sa sûreté en réalisant un atterrissage sur la Lune sans équipage.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le milliardaire Jeff Bezos, fondateur de Blue Origin, s'est dit vendredi sur Twitter "honoré de faire partie de ce voyage avec la Nasa".

Le montant du contrat s'élève à 3,4 milliards de dollars, mais John Couluris, vice-président chargé du transport lunaire chez Blue Origin, a précisé lors d'une conférence de presse que l'entreprise contribuerait elle-même "bien au-delà" de ce montant pour développer le vaisseau.

Le programme Artémis est le programme américain de retour sur la Lune, composé de missions de difficulté croissante.

Il a débuté avec la mission Artémis 1, qui a envoyé un vaisseau autour de la Lune à l'automne dernier, sans équipage. La mission Artémis 2 enverra elle quatre astronautes autour de la Lune à l'automne 2024, sans y atterrir. L'identité des heureux élus, trois Américains et un Canadien, a récemment été révélée.

Artémis 3 sera ensuite la première mission à déposer des astronautes sur la surface lunaire depuis 1972. Elle est officiellement prévue fin 2025, un calendrier dont il est largement considéré qu'il ne sera pas tenu.

Les deux missions suivantes, Artémis 4 (en 2028) et Artémis 5 (2029), atterriront également toutes les deux sur la Lune, mais passeront d'abord par une nouvelle station spatiale en orbite lunaire, Gateway -- qui n'existe pas encore.

- Concurrence -

En 2021, la Nasa avait choisi SpaceX pour construire l'alunisseur d'Artémis 3. Le contrat s'élevait à 2,9 milliards de dollars, même si SpaceX contribue aussi à l'effort au-delà de ce montant.

Blue Origin, également en compétition pour ce premier contrat, avait porté plainte contre la Nasa, l'accusant d'avoir choisi une seule société et non deux comme elle l'avait laissé entendre. Mais la plainte avait été rejetée.

En 2022, SpaceX avait également été choisi par la Nasa pour l'alunisseur de la mission Artémis 4.

Parallèlement, l'agence spatiale américaine a lancé un appel d'offre à destination d'autres compagnies pour la suite du programme.

"Nous voulons davantage de mise en concurrence. Nous voulons deux alunisseurs", a déclaré vendredi le patron de la Nasa, Bill Nelson. "Cela signifie que vous avez davantage de fiabilité, et une alternative de secours."

L'alunisseur de Blue Origin, baptisé Blue Moon, fera 16 mètres de haut et pèsera 45 tonnes une fois rempli de son carburant -- de l'hydrogène et de l'oxygène liquides.

Plusieurs compagnies sont partenaires du projet: Boeing, Draper, Astrobotic, Honeybee Robotics, et Lockheed Martin.

Cette dernière sera chargée de développer un élément crucial. Une fois arrivée en orbite lunaire, Blue Moon devra en effet être réalimenté en carburant avant de pouvoir descendre et remonter les astronautes de la surface de la Lune.

Lockheed Martin doit ainsi développer une sorte de navette, chargée d'aller ravitailler Blue Moon autour de la Lune.

Blue Origin prévoit d'utiliser sa fusée New Glenn, qui n'a encore jamais volé, pour lancer à la fois son alunisseur et cette navette.

- Prélude à Mars -

Les astronautes décolleront eux à bord de la capsule Orion, propulsée jusqu'à la Lune grâce à la nouvelle méga-fusée SLS de la Nasa. Ces deux éléments ont été testés à vide durant Artémis 1, et le seront avec équipage durant Artémis 2.

Pour Artémis 3, Orion s'amarrera directement à l'alunisseur de SpaceX. Deux astronautes descendront alors sur la Lune pour environ une semaine (deux autres resteront à bord d'Orion). Une fois leurs expériences terminées, les deux aventuriers remonteront dans l'alunisseur, jusqu'à Orion, qui ramènera les quatre membres d'équipage sur Terre.

Par la suite, Orion viendra s'accrocher à la station spatiale Gateway, et les astronautes passeront par elle avant d'embarquer à bord de l'alunisseur de SpaceX (Artémis 4), ou de Blue Origin (Artémis 5).

Toutes ces missions visent le pôle sud de la Lune, où se trouve de l'eau sous forme de glace.

L'alunisseur de SpaceX sera une version modifiée de son vaisseau Starship, actuellement en développement au Texas. Il a explosé en vol lors d'un premier gros test en avril.

Le but du programme Artémis est d'apprendre à vivre sur la Lune, afin de tester toutes les technologies nécessaires à un voyage plus périlleux encore: vers Mars.

la/cha