Aprilia demande une dérogation pour améliorer son moteur

Franco Nugnes
motorsport.com

Les équipes MotoGP ont conclu au mois d'avril un accord visant à réduire les coûts de cette saison et de la prochaine, afin de contrer, au moins en partie, les effets négatifs de la pandémie de COVID-19 et de la crise qu'elle a engendrée. La Commission Grand Prix a ainsi officialisé que le développement des moteurs et de l'aérodynamique était interdit pour la saison 2020 et que ce matériel resterait gelé également pour le début du championnat 2021, avant que les constructeurs bénéficiant des concessions réglementaires ne retrouvent leur liberté une fois la prochaine saison entamée.

Lire aussi :

Aprilia tempère ses ambitions face aux attentes envers la RS-GP

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pour Aprilia et KTM, cela signifie notamment que les moteurs conçus pour 2020 ne peuvent plus être retouchés avant près d'un an, et ce alors que les concessions réglementaires les autorisaient jusqu'à présent à poursuivre le développement de leurs blocs en cours de saison. Pour la première fois depuis la création de ce système, le règlement ne fait donc plus de distinction entre les différents constructeurs pendant cette exceptionnelle année 2020 et ne facilite plus la vie des deux marques entrées le plus récemment dans le championnat : chacun doit pour le moment s'en tenir au moteur qui a été homologué en mars, dans la version qui devait disputer le premier Grand Prix du championnat, au Qatar.

Le constructeur le plus pénalisé par cette situation est assurément Aprilia, qui avait placé au cœur de son travail pour 2020 la conception d'un tout nouveau V4 à 90°. Car si le gain de performance obtenu avec une RS-GP révolutionnée est apparu évident lors des tests de pré-saison en février, la résistance, elle, a fait défaut pour ces premiers roulages d'une machine prête tout juste à temps. Dès les premiers tours de roue, la fiabilité était apparue comme la priorité pour Aleix Espargaró notamment, même si le pilote espagnol était dithyrambique quant au potentiel de sa nouvelle machine, estimant que la direction prise ouvrait "une nouvelle voie". La perspective de pouvoir poursuivre le travail sur son moteur, sans limitations, même une fois le championnat entamé, avait à l'époque de quoi rassurer l'équipe de Noale, seulement le brusque changement de donne la met aujourd'hui dans une situation délicate.

Lire aussi :

Rivola prévient : "Il arrivera un moment où il faudra faire des choix"

Ainsi, d'après les informations de Motorsport.com, Aprilia aurait demandé une dérogation afin de pouvoir intervenir sur son moteur avant le premier Grand Prix de la saison 2020, possiblement celui d'Espagne dans un peu plus de deux mois. Le constructeur assure ne pas avoir l'intention d'intervenir sur la performance de son quatre cylindres, mais uniquement de rectifier son manque de fiabilité.

Sur la base des essais de Sepang et Losail et de longs runs compliqués à mener à leur terme à l'époque, l'équipe technique dirigée par Romano Albesiano ressent la préoccupation légitime de devoir composer avec des casses une fois la compétition lancée. Alors que l'usine rouvrira le 25 mai après deux mois d'arrêt de son activité, Aprilia voudrait en ce sens pouvoir profiter des quelques semaines restantes afin d'opérer sur la résistance du moteur. Reste à voir si cette requête obtiendra le consentement des autres constructeurs du championnat pour être validée, car KTM ne semble pas être ouvert à ce changement.

À lire aussi