Aprilia tempère ses ambitions face aux attentes envers la RS-GP

Emmanuel Touzot
motorsport.com

Si le report du début de saison de MotoGP a provoqué une frustration pour l'ensemble du plateau de la discipline, c'est particulièrement le cas pour Aprilia, dont les essais hivernaux ont été plus qu'encourageants. Étrennant une RS-GP entièrement nouvelle, la marque de Noale a affiché des progrès indéniables lors des tests de Sepang, au début du mois de février. Immédiatement dans le coup, la machine a révélé quelques problèmes de jeunesse, sans pour autant inquiéter réellement Massimo Rivola, le directeur de l'équipe. Mais ce dernier rappelle que les dernières étapes à franchir pour se mêler à la lutte aux avant-postes seront les plus compliquées.

"N'en faisons pas trop, mais je ne nie pas qu'à Sepang, une moto qui n'avait été démarrée pour la première fois que la veille nous a donné de grandes satisfactions", a déclaré l'Italien à Motorsport.com. "Quand on part de loin, il est beaucoup plus facile de combler son retard, et c'est maintenant qu'arrive la partie la plus difficile arrive. Le travail que nous avons accompli cet hiver vise à réduire notre retard sur les meilleurs. Pour le moment, je ne pense pas que nous puissions nous battre pour des positions glorieuses, mais je suis convaincu qu'à l'avenir nous pourrons assurément y arriver."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Pol Espargaró chez Honda ? Entre rumeur et ambition

Son discours tempéré tranche avec l'enthousiasme d', qui était dithyrambique au sujet de la nouvelle Aprilia après le shakedown puis les essais en Malaisie. L'Espagnol n'avait pas caché des ambitions élevées, allant même jusqu'à parler de podiums dès la saison 2020, pourtant prévue pour être la première de sa moto. Son patron n'est pas mécontent de le voir ravi, d'autant qu'Espargaró se montrait plutôt critique en fin de saison dernière, mais préfère relativiser les attentes de celui qui est derrière le guidon, en ne démentant pas que la base du nouveau projet RS-GP est bien plus solide que celle du précédent.

"Aleix ne fait pas dans la demi-mesure. Pour lui, c'est tout ou rien, alors quand les choses vont mal il le fait sentir, mais il le fait aussi quand au contraire les choses vont bien. Nous sommes très heureux que la moto lui ait plu, qu'il ait été très compétitif. À Sepang, il a fait une très bonne simulation de course, même si je crois que KTM et nous-mêmes avions l'avantage d'avoir également réalisé le shakedown [du test] quelques jours plus tôt, et peut-être étions-nous donc un peu mieux préparés. Au Qatar, ça s'est bien passé, mais pas aussi bien qu'à Sepang. Mais disons que c'est la base d'un projet que nous espérions voir grandir au fil des courses. Et désormais l'attente va être encore plus grande."

Entre l'enthousiasme d'Espargaró et la prudence de Rivola se place le curseur des objectifs de l'ambassadeur de la marque italienne, Max Biaggi. L'ancien pilote est heureux de voir que le travail effectué porte ses fruits pour le constructeur avec lequel il a remporté quatre titres mondiaux en 250cc, comme il l'a expliqué auprès de Sky Italia : "Je suis très heureux qu'Aprilia ait décidé de révolutionner sa moto en peu de temps et qu'elle semble fonctionner, parce qu'il fallait frapper un grand coup. Le projet précédent n'avait pas apporté les résultats espérés. Désormais, je voudrais la voir tout le temps dans le top 5 et peut-être la voir faire quelques courses devant, là où elle mérite de figurer. Je le souhaite vraiment."

Avec Franco Nugnes

À lire aussi