Argentine : un mort lors d'affrontements entre des supporters et la police pendant Gimnasia La Plata-Boca Juniors

Le stade de Gimnasia La Plata a été envahi par des supporters en recherche d'oxygène après l'usage de gaz lacrymogènes par la police locale. (Stringer/Reuters)

Le match du Championnat d'Argentine entre Gimnasia La Plata et Boca Juniors a été le théâtre d'affrontements entre des supporters et la police dans la nuit de jeudi à vendredi. Une personne est morte à la suite d'un arrêt cardiaque et des dizaines ont été transportées à l'hôpital.

Après le drame survenu en Indonésie, causant la mort de 131 personnes dans un dernier bilan, le monde du football a de nouveau été touché par de violents affrontements en Argentine. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un homme de 57 ans est mort à la suite de bagarres entre des fans de Gimnasia La Plata et la police, lors de la rencontre face à Boca Juniors, dans le cadre de la 23e journée du Championnat.

« Je confirme qu'il y a une personne morte. Cette personne est décédée d'un arrêt cardiaque » a déclaré Sergio Berni, ministre de la Sécurité de la province de Buenos Aires, lieu des affrontements. Ceux-ci ont débuté à l'extérieur du stade, dans lequel plusieurs milliers de supporters ont tenté de pénétrer sans billet selon la police, rendant la situation plus compliquée à gérer pour les forces de l'ordre.

Des supporters hospitalisés à cause des gaz et balles de caoutchouc


Pour faire face à cette situation inédite, les policiers ont tenté de disperser la foule avec des gaz lacrymogènes et des balles de caoutchouc, provoquant l'hospitalisation de plusieurs dizaines de personnes. Les effets des gaz ont en effet été ressentis à l'intérieur du stade, si bien que le match a dû être arrêté à la 9e minute et que plusieurs supporters, en manque d'air, se sont réfugiés sur la pelouse.

Eduardo Aparicio, le chef de l'agence de prévention des violences dans le sport, a précisé que « tout cela fait l'objet d'une enquête », notamment « les agissements de la police. »