Armel Le Cléac'h (Maxi Banque Populaire XI) et François Gabart (SVR-Lazartigue) saluent la décision « sage » et « saine » de reporter

Le navigateur Armel Le Cléac'h approuve le report de la Route du Rhum. (B. Le Bars/L'Équipe)

Les skippers de la Route du Rhum ont dans l'ensemble salué la décision de l'organisation de reporter le départ de l'épreuve de quelques jours en raison des conditions exceptionnellement musclées attendues lundi en Manche.

Armel Le Cléac'h (Maxi Banque Populaire XI) : « On discute avec la direction de course depuis quelques jours. On savait qu'on partait dans un mur. Les conditions météo sont exceptionnelles donc c'est une sage décision. Je pense qu'aucun des marins qui est ici n'a déjà affronté ce genre de conditions donc on ne va pas faire une première.

À partir de cinq mètres de creux, on sait que c'est compliqué. On arrive à affronter des mers difficiles quand on est au vent portant dans les mers du Sud mais là on va être vent contraire avec les côtes bretonnes pas loin et le flux maritime donc c'est une très très bonne décision. Les conditions seront plus propices à partir de mardi soir ou mercredi. Il y aura encore du vent, encore de la mer, mais ce sera beaucoup plus raisonnable. »


lire aussi

Et si c'était la dernière de François Gabart sur la Route du Rhum ?

François Gabart (SVR-Lazartigue) : « Les conditions étaient très violentes dans la journée de lundi. Il faut du courage à la direction de course pour prendre ce genre de décision car c'est forcément très compliqué, avec beaucoup de monde attendu pour le départ.

Ce qu'il faut comprendre c'est qu'on est très nombreux au départ et si on maintenait un départ demain, on se serait rapidement retrouvé pour beaucoup de bateaux à devoir chercher des ports de refuge mais loger 140 bateaux dans les ports en Manche ce n'est pas si évident que cela donc je pense que c'est assez sain. Si on veut un maximum de bateaux à l'arrivée et un joli spectacle, il ne faut pas que ce soit trop la catastrophe sur les vingt-quatre premières heures. Qu'on parte mardi soir ou mercredi matin, la course sera belle et très mouvementée car on va partir dans des conditions musclées, au près avec du vent fort. »