Une arnaque aux maillots dénoncée par des clubs de Ligue 2 et de National

Le responsable communication de Bourg Péronnas (National) a révélé qu'une dizaine de clubs avaient été abusés par une famille, se servant de la maladie de son enfant pour obtenir des maillots gratuitement.

« Comment je me suis fait arnaquer par des parents qui nous ont fait croire que leur enfant était gravement malade afin de gratter des maillots de club professionnel. » C'est un premier tweet, envoyé mercredi par Thomas Félix, le responsable communication du Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01 (National), qui a permis de révéler une arnaque aux maillots montée par une famille. Un tweet accompagné d'une vidéo de Lucas (supprimé tôt ce jeudi matin). Ce dernier a reçu un maillot de son club fétiche, Bourg Péronnas, donc, et de son joueur préféré, Maxime Blanc. Pour obtenir le maillot, ses parents ont raconté que leur fils était atteint d'une leucémie et avait quitté Bourg-en-Bresse il y a six mois.

Seulement, le responsable communication de Quevilly-Rouen, club de L 2, a réagi assez rapidement : il a reçu exactement la même demande, en disant que l'enfant venait de Rouen et qu'il était atteint d'une maladie du coeur... Idem à Chambly (National) et à l'AJ Auxerre (L 2), qui avait envoyé maillot dédicacé de Gaëtan Charbonnier.

Des poursuites judiciaires s'ils ne renvoient pas les maillots

Une dizaine de clubs de Ligue 2 et National 1 auraient été contactés par cette famille, selon RMC Sport, qui a contacté plusieurs community managers, les responsables des réseaux sociaux. Les parents changeaient à chaque fois de nom de famille et déclaraient une maladie différente, sans que l'on sache, aujourd'hui, si leur enfant est réellement malade.

« J'ai lancé cet appel sur les réseaux pour endiguer ce phénomène d'arnaque, a indiqué Thomas Félix, toujours à RMC Sport. Ce qui est choquant c'est l'attitude des parents. Tout le monde a soutenu l'enfant, qui est clairement manipulé. » Il indiquait dès mercredi sur Twitter avoir décidé, avec la responsable des réseaux sociaux de l'AJ Auxerre, de contacter le père de l'enfant pour lui demander de renvoyer les maillots. « Sinon on engagera des poursuites judiciaires. On ne peut pas laisser passer ça, surtout que je suis sûr que d'autres clubs/joueurs se sont fait avoir. »

Dans la matinée, ce jeudi, il a donc supprimé tous les tweets montrant l'enfant, ainsi que les échanges de mails avec sa mère, où l'on pouvait lire le nom utilisé, ainsi que les adresses mails des différents protagonistes de cette sordide affaire.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles