Arsène Wenger : " En regardant en arrière, j'ai découvert que j'étais un monstre "

SO FOOT
·1 min de lecture

Arsène Wenger vient tout juste d'avoir 71 ans. Depuis un mois et demi, il s'entretient avec des journalistes venus d'Angleterre, d'Allemagne, des Pays-Bas, de France pour promouvoir son livre... Lui, resté si longtemps mutique, est sommé de s'expliquer à propos de sa vie, sur et en dehors du terrain. Il ressemble toujours à un pasteur anglais immémorial, à la silhouette de jeune homme, élégant et gracile. Seuls ses cheveux blancs et quelques rides opportunément dessinées attestent que le temps a passé. Il accueille dans un palace parisien, près d'Opéra. L'ancien coach d'Arsenal est resté égal à lui-même. Paradoxal et contradictoire, sans jamais refuser le débat. Il ne le dit pas, mais il a dû forcer sa nature pour coucher des mots sur une existence que le gamin alsacien qu'il a été n'aurait même jamais osé rêver. Dans Ma Vie en rouge et blanc (la couleur de tous ses clubs), Wenger ne règle aucun compte, hermétique à toute aigreur. Il défend… Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com