Arsenal - Emery voulait Zaha plutôt que Pepe

Goal.com

L'ancien manager d'Arsenal Unai Emery a admis qu'il aurait préféré signer la star de Crystal Palace Wilfried Zaha plutôt que Nicolas Pepe. Les Gunners ont battu leur record de transfert en août, en signant Pepe en provenance de Lille pour un montant de 80 millions d'euros.

Mais Pepe a connu des débuts mitigés dans le nord de Londres, prenant le temps de s'adapter à un nouveau championnat. Le jeune homme de 24 ans a marqué six buts en 32 matches, toutes compétitions confondues, pour Arsenal en 2019-20, avant la suspension du football en raison de la pandémie de coronavirus. 

Emery, qui a été nommé manager des Gunners en mai 2018 après le départ d'Arsène Wenger, a été licencié en novembre après une saison et demie à la tête du club, pour être finalement remplacé par l'ancien milieu de terrain du club, Mikel Arteta. 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Nous avons signé Pepe, a déclaré l'Espagnol au Guardian. C'est un bon joueur mais nous ne connaissions pas son caractère et il a besoin de temps, de patience.

"Je préférais quelqu'un qui connaissait le championnat et qui n'aurait pas besoin de s'adapter. Zaha a gagné des matchs à lui tout seul : Tottenham, Manchester City, nous. Des performances incroyables. J'ai dit : 'C'est le joueur que je connais et que je veux.'

"J'ai rencontré Zaha et il a voulu venir. Le club a décidé que Pepe en était un joueur pour l'avenir. J'ai dit : 'Oui, mais nous devons gagner maintenant et ce garçon gagne des matchs. Il nous a battus tout seul.'"

Emery a admis que signer Zaha n'aurait pas été simple, Palace étant déterminé à garder son meilleur joueur : "Il est également vrai qu'il était cher et que Palace ne voulait pas le vendre. Il y a eu une série de décisions qui ont eu des répercussions."

Emery se rappelle la fin de son mandat avec les Gunners, qui s'est terminé par une série de sept matches sans victoire. Cette série de mauvais résultats a créé un effet boule de neige dont il n'a pas pu se remettre.

"C'est difficile. L'énergie glisse, les choses dérivent. Certains vous soutiennent, mais vous sentez l'atmosphère, les relations [changer]. Et cela se transmet au terrain. Le fait de perdre des points contre Palace et Wolverhampton reflète notre état émotionnel : nous n'avions pas raison. Ça ne marchait pas. 

"J'ai dit aux joueurs : 'Je ne vois pas l'équipe que je veux'. Cet engagement et cette unité n'étaient plus là. C'est là que je me suis rendu compte que j'étais seul. Le club m'a laissé seul, et il n'y avait pas de solution."

À lire aussi