Assaut du Capitole : Stewart Rhodes, figure de l’extrême droite, condamné à 18 ans de prison

Stewart Rhodes, fondateur des Oaths Keepers, a été condamné à 18 ans de prison pour sédition le 25 mai 2023.
Stewart Rhodes, fondateur des Oaths Keepers, a été condamné à 18 ans de prison pour sédition le 25 mai 2023.

ÉTATS-UNIS - La sentence est lourde, très lourde. L’une des figures de l’extrême droite américaine, Stewart Rhodes, a été condamnée ce jeudi 25 mai à 18 ans de prison pour « sédition », la peine la plus élevée à ce jour liée à l’assaut du Capitole.

Le fondateur de la milice « Oath Keepers » a adopté jusqu’au bout une posture de défi : « je suis un prisonnier politique », « mon seul crime est de m’opposer à ceux qui détruisent notre pays », a-t-il lancé juste avant d’être fixé sur sa peine.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Le juge fédéral Amit Mehta l’a sèchement remis à sa place : « Vous n’êtes PAS un prisonnier politique, M. Rhodes », a-t-il dit. « Vous êtes ici parce que douze jurés (...) vous ont jugé coupable de sédition », « l’un des crimes les plus graves qu’un Américain puisse commettre ».

Absence de remords

Ce chef, qui implique d’avoir planifié l’usage de la force contre le gouvernement, est passible de 20 ans de prison. Mais les procureurs avaient requis 25 ans contre Stewart Rhodes, en s’appuyant sur un dispositif qui permet de relever les peines pour des actes de nature « terroriste ».

Sans les suivre totalement, le juge Mehta a endossé leur analyse sur ce point. « Des actes d’intimidation ou de coercition qui visent à peser sur le gouvernement » entrent dans cette catégorie, a-t-il déclaré.

Il a également justifié la sévérité de la peine par le rôle de leader de Stewart Rhodes, un ancien militaire de 58 ans, et son absence de remords. « Vous représentez une menace persistante et un danger pour le pays », a assené le magistrat.

Des membres des Proud Boys aussi condamnés

Le 6 janvier 2021, des milliers de partisans de Donald Trump avaient semé le chaos et la violence dans le siège du Congrès, au moment où les élus certifiaient la victoire de son rival Joe Biden à la présidentielle.

L’enquête tentaculaire qui a suivi a permis d’arrêter plus de 1 000 personnes. Près de 300 ont écopé de peines de prison, dont la plus lourde était jusqu’ici de 14 ans. Mais seuls dix militants de groupuscules d’extrême droite – six membres des « Oath Keepers » et quatre « Proud Boys » – ont été jugés coupables de « sédition » à l’issue de trois procès distincts à Washington.

Après des semaines d’audiences, les jurés ont estimé qu’ils s’étaient préparés, amassant des armes et entrant en formation militaire dans le Capitole pour bloquer l’officialisation de la défaite de Donald Trump.

Le Jour J, Stewart Rhodes, connu pour son cache-oeil noir et ses diatribes enflammées, était resté à l’extérieur du Capitole mais, selon l’accusation, il avait dirigé ses troupes par radio « comme un général sur le champ de bataille ».

Contre l’État fédéral « oppressif »

Lors de son procès, le tribun avait nié « avoir planifié » l’attaque et soutenu que la « mission » des Oath Keepers était d’assurer la sécurité de la manifestation convoquée par Donald Trump pour dénoncer de prétendues « fraudes électorales ».

Soutenant avoir été mis devant le fait accompli, il avait estimé « stupide » que Kelly Meggs, qui dirige la section de Floride des Oath Keepers, soit entré dans le Capitole. « Cela a ouvert la porte à notre persécution politique », avait-il déclaré. Kelly Meggs, lui aussi reconnu coupable de sédition, sera fixé sur sa peine dans l’après-midi.

Ancien soldat et diplômé en droit de l’université Yale, Stewart Rhodes a fondé les Oath Keepers en 2009, en recrutant d’anciens soldats ou policiers, initialement pour lutter contre l’État fédéral jugé « oppressif ».

Trump, le héros de l’extrême droite

Comme d’autres groupes radicaux, cette milice a été séduite par le discours anti-élites de Donald Trump et a totalement adhéré aux allégations de fraudes électorales brandies -- contre toute évidence – par le républicain.

Dans des documents judiciaires, les avocats de Stewart Rhodes ont tenté de les dépeindre comme des « philanthropes », appelés à se déployer pour empêcher des émeutes, après des catastrophes naturelles ou lors de manifestations contre les violences policières.

« Pour Rhodes, imposer les Oath Keepers dans des situations de crise ne visait pas à aider mais à contribuer et à profiter du chaos », ont rétorqué les procureurs.

Le juge Mehta a également jugé que la présence du chef des Oath Keepers n’était généralement pas une bonne nouvelle en raison de son « appétence pour la violence ». « Vous êtes intelligent, charismatique et éloquent. C’est ce qui vous rend dangereux », lui a-t-il dit.

À voir également sur Le Huffpost :

Mort de Tina Turner : ces cinq tubes mythiques qui ont marqué la carrière de la « reine du rock »

Ron DeSantis a connu de nombreux ratés sur Twitter pour son entrée en campagne

Plus de contenus provenant de