ASSE 0-0 MHSC - Du froid, des coups et c'est à peu près tout

L'AS Saint-Etienne et Montpellier se sont neutralisés ce dimanche à Geoffroy-Guichard, au terme d'une rencontre particulièrement fermée dans le Forez.
L'AS Saint-Etienne et Montpellier se sont neutralisés ce dimanche à Geoffroy-Guichard, au terme d'une rencontre particulièrement fermée dans le Forez.

Toujours à la recherche d'un premier succès hors de ses bases en Ligue 1 cette saison, Montpellier avait fort à faire ce dimanche, sur la pelouse de l'AS Saint-Etienne, toujours invaincue toutes compétitions confondues depuis l'arrivée de Claude Puel sur son banc. Si le contexte semblait en apparence largement en faveur des Stéphanois, la réalité du terrain a été bien différente, tant ces deux formations aux dispositifs tactiques identiques ont semblé proches dans le Chaudron. 

Une rencontre aux allures de combat 

Dans le Forez, le match débutait de fort belle manière avec une occasion très nette à mettre à l'actif de Denis Bouanga, l'homme en forme du côté de l'ASSE. Profitant d'un contre favorable, le Gabonais voyait néanmoins sa frappe tendue passer de peu à côté des cages du MHSC (2e). Suite à cela, les débats se crispaient dans la fraîcheur du Forez, et le rythme de la rencontre redescendait en conséquence. Au milieu des nombreuses fautes et des tactiques frileuses mises en place par les deux entraîneurs, Gaëtan Laborde faisait passer un gros frisson dans le Chaudron, mais voyait sa frappe détournée avec brio par un Stéphane Ruffier concentré (25e). 

Si Arnaud Nordin trouvait la barre transversale en première période (35e) après un service de Denis Bouanga, le match baissait encore d'un cran en terme de créativité au retour des vestiaires, où les coups se faisaient de plus en plus nombreux sur la pelouse. Dans cette configuration, le MSHC avait la possession du ballon en sa faveur, tandis que les Verts se contentaient de quelques fulgurances suite à des longs ballons. En guise d'ultime frisson, Stéphane Ruffier arrêtait presque miraculeusement une tête à bout portant de Gaëtan Laborde (77e), sur l'une des quatre frappes cadrées de la rencontre. Tout est dit ou presque... 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi