Les astronomes surprennent un « intrus » au cœur d’un système stellaire

·1 min de lecture

La constellation du Grand Chien est connue pour héberger l’étoile la plus brillante de notre ciel nocturne, Sirius. Il s’y cache aussi un système binaire complexe baptisé Z Canis Majoris (Z CMa). Ce système stellaire s’est formé il y a seulement 300.000 ans, à partir de deux étoiles séparées d’environ cent fois la distance Terre-Soleil. Des étoiles toutes les deux plus massives et plus brillantes que la nôtre.

Et c’est dans ce système que des astronomes viennent de signaler un événement rarement observé. Le passage d’un « intrus ». Un objet qui s’est approché et a interagi avec l’environnement du système stellaire Z CMa, provoquant la formation de flux chaotiques et étirés de poussières et de gaz dans le disque qui l’entoure. Un peu comme ce qu’il se passe lorsque plusieurs étoiles voisines voient le jour simultanément. Les passages d’intrus apparaissent régulièrement dans les simulations, mais il en existe peu d’observations convaincantes.

Gliese 710, l'étoile qui fonce vers notre Système solaire

Les chercheurs expliquent que la fugacité de ce type d’événement les rend difficiles à observer. Un peu comme pour celui qui voudrait photographier la foudre frappant un arbre. Les preuves que les astronomes ont cette fois pu rassembler semblent montrer que de jeunes étoiles peuvent effectivement se rapprocher.

Les astronomes savent que les étoiles sœurs interagissent entre elles. Mais il est rare qu’ils observent le passage au cœur d’un système stellaire, d’un « intrus ». Et celui qu’ils ont observé du côté de Z Canis Majoris a laissé des traces. © Alma (ESO/NAOJ/NRAO), S. Dagnello (NRAO/AUI/NSF), NAOJ
Les astronomes savent que les étoiles sœurs interagissent entre elles. Mais il est rare qu’ils observent le passage au cœur d’un système stellaire, d’un « intrus ». Et celui qu’ils ont observé du côté de Z Canis Majoris a laissé des traces. © Alma (ESO/NAOJ/NRAO), S. Dagnello (NRAO/AUI/NSF), NAOJ

De nouveaux instruments pour plus d’observations

Ce que les astronomes ont enregistré, c’est une sorte d’empreinte digitale du passage de l’intrus. Des changements dans la morphologie du disque protoplanétaire qui révèlent sa présence. Et qui poussent les chercheurs à s’interroger sur l’influence que l’événement pourrait avoir sur la formation de planètes possiblement en...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles