Athlé - Affaire Salazar : Mo Farah dénonce un traitement médiatique raciste

L'Equipe.fr
L’Equipe

Lassé de répondre aux mêmes questions à propos de son ancien coach Alberto Salazar, Mo Farah, engagé sur le marathon de Chicago, dimanche, était résigné. Le quadruple champion olympique a même dénoncé un traitement raciste de son cas par les médias britanniques.

« Rien de nouveau. Cela dure depuis quatre ans et je suis un peu fatigué », a déclaré Mo Farah aux journalistes présents en conférence de presse, vendredi, deux jours avant le marathon de Chicago. Le Britannique a encore dû répondre à de nombreuses questions à propos de son ancien entraîneur, Alberto Salazar, suspendu pour quatre ans la semaine passée pour « incitation au dopage ».

En 2015, une enquête de la BBC avait révélé les méthodes controversées de Salazar. Depuis, Mo Farah, quadruple champion olympique du 5 000 m et du 10 000 m en 2012 et 2016, est au coeur de suspicions de dopage. De 2011 à 2017, il était la tête de gondole du Nike Oregon Project, groupe d'entraînement de haut niveau piloté par Salazar et démantelé par la firme américaine vendredi.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

« Comme je l'ai déjà dit, il n'y a aucune accusation contre moi, je n'ai rien fait de mal. Les accusations, soyons clairs, ne concernent qu'Alberto Salazar », a précisé Farah, regrettant de voir son nom associé à cette affaire et le fait que toutes les questions qu'on lui pose se rapportent à cela.

« Je ne peux pas gagner, quoique je fasse. »

Mo Farah, très agacé pendant ce face-à-face avec les journalistes britanniques, les a ensuite accusés de racisme. « Même si je suis gentil avec vous, c'est clairement écrit d'avance », a-t-il déclaré selon The Guardian. « J'ai vu ça plusieurs fois. Je l'ai vu avec Raheem Sterling, avec Lewis Hamilton. Je ne peux pas gagner, quoique je fasse. » Raheem Sterling est un footballeur britannique né en Jamaïque et victime d'un traitement médiatique, notamment par le tabloïd The Sun, jugé raciste. Le pilote de Formule 1 Lewis Hamilton a aussi, par le passé, dénoncé un traitement raciste dans la presse.

Pressé de questions, Mo Farah s'est encore refusé à condamner son ancien coach et ses méthodes controversées, se permettant seulement quelques critiques sur son honnêteté quand il lui avait demandé des comptes, dès 2015, sur les accusations qui pesaient sur lui. « Il m'a assuré à cette époque-là que ce n'était que des allégations. Et ce n'était pas vrai. »

Cette vidéo peut également vous intéresser :

À lire aussi