Athlé - Dopage - Shelby Houlihan suspendue quatre ans pour un contrôle antidopage positif à la nandrolone

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La recordwoman des États-Unis du 1500 m et du 5000 m Shelby Houlihan a été suspendue 4 ans par l'Agence mondiale antidopage pour un contrôle positif à un stéroïde anabolisant. L'athlète nie avoir voulu se doper. Shelby Houlihan a elle-même annoncé, à trois jours du début des sélections olympiques américaines, sa suspension pour quatre ans suite à un contrôle antidopage positif à un stéroïde anabolisant. L'athlète de 28 ans, aux treize titres nationaux, se défend d'avoir sciemment pris une substance interdite. L'Unité d'intégrité de l'athlétisme (AIU) l'a informée en janvier qu'un test de l'Agence mondiale antidopage (AMA) montrait un « résultat analytique anormal » pour la nandrolone. Houlihan, 4e du 1500m aux Mondiaux 2019 et prétendante au podium aux JO de Tokyo, estime que le résultat positif pourrait être dû à de la viande de porc qu'elle a ingérée la veille du test, qui aurait conduit à un faux positif.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« J'ai fait tout ce que j'ai pu pour prouver mon innocence. J'ai passé un test polygraphique. J'ai fait échantillonner mes cheveux par l'un des plus grands toxicologues au monde, a-t-elle déclaré. L'AMA a convenu que le test prouvait qu'il n'y avait pas d'accumulation de cette substance dans mon corps, ce qui aurait été le cas si je l'avais pris régulièrement. Rien n'a fait bouger le laboratoire par rapport à leur décision instantanée initiale. » lire aussi Record d'Amérique du Nord du 5000m pour Shelby Houlihan « Dévastée » et « trahie » Houlihan, qui a participé aux Jeux Olympiques de Rio 2016 mais n'a pas couru en 2021, a déclaré avoir appris vendredi que le Tribunal arbitral du sport lui avait prononcé l'interdiction, anéantissant ses espoirs de concourir à Tokyo ou aux Jeux de Paris 2024. « Je me sens complètement dévastée, perdue, brisée, en colère, confuse et trahie par le sport même que j'ai aimé et dans lequel je me suis investie, a-t-elle encore écrit. Je n'ai jamais pris de substances améliorant la performance. » La quadruple olympienne Shalane Flanagan, qui entraîne au Bowerman Track Club de Houlihan, a écrit sur les réseaux sociaux : « Nous vivons un cauchemar dont nous ne parvenons pas à nous réveiller. Si c'est là que se dirige le sport que j'aime, alors je ne sais pas si je peux continuer à en faire partie. Je refuse de croire que c'est acceptable et vous ne devriez pas non plus. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles