Athlé - Dopage - Un témoin dans l'affaire Claude-Boxberger : « Flaccus m'a dit : ''de toute façon, vous serez bientôt au courant...'' »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Un athlète sochalien, entendu comme témoin par les gendarmes de l'OCLAESP, a raconté à l'Est Républicain de mercredi sa rencontre avec l'ex-entraîneur Alain Flaccus, personnage central de l'affaire de dopage de la coureuse Ophélie Claude-Boxberger. Dans son édition de mercredi, le quotidien régional L'Est Républicain rapporte le témoignage d'un athlète sochalien, entendu comme témoin par les gendarmes de l'OCLAESP (Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique) dans l'affaire Claude-Boxberger. Cet athlète sochalien, membre du groupe d'entraînement d'Ophélie Claude-Boxberger, raconte sous couvert d'anonymat, comment il a eu une discussion avec l'ex-entraîneur et beau-père d'Ophélie, Alain Flaccus, en marge de la course du Lion, le 29 septembre dernier, deux jours après l'élimination de la coureuse en série du 3000m steeple lors des Mondiaux de Doha, mais avant la révélation de son contrôle positif à l'EPO, le 19 novembre. Un témoin rapporte les propos d'Alain Flaccus « Il m'a dit qu'il était inconsolable, qu'il en avait pleuré » « Il était très remonté après la contre-performance d'Ophélie parce qu'elle avait selon lui, la tête ailleurs depuis sa relation avec son compagnon (le docteur de la Fédération, Jean-Michel Serra), raconte ce témoin. Il était remonté mais triste aussi puisqu'il m'a dit qu'il était inconsolable, qu'il en avait pleuré [...] Puis en partant, il a eu cette phrase : ''de toute façon, vous serez bientôt au courant, je ne t'en dis pas plus...'' » Alain Flaccus, en bout de piste Que cache cette mystérieuse phrase ? Les investigations toujours en cours et la garde à vue de 48 heures à l'issue de laquelle Alain Flaccus a avoué avoir procédé à une injection d'EPO lors d'une séance de massage à Font-Romeu, apporteront peut-être un début de réponse. Initialement attendue mardi au siège de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour ouvrir l'échantillon sanguin B, la Montbéliardaise a obtenu, à sa demande, le report du rendez-vous au 11 décembre à cause des difficultés engendrées par la grève dans les transports.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi