Athlé - Dopage - Le TAS confirme la suspension de Shelby Houlihan pour dopage

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le Tribunal Arbitral du sport a confirmé la suspension pour quatre ans de l'Américaine Shelby Houlihan, après un contrôle antidopage positif à la nandrolone, un stéroïde anabolisant, en décembre 2020. Dans sa décision de 44 pages, publiée mercredi, le Tribunal Arbitral du Sport a développé tous les détails des mois de procédure depuis le contrôle antidopage positif de la coureuse américaine Shelby Houlihan, le 15 décembre 2020. L'échantillon d'urine, relevé lors d'un test hors compétition, avait révélé la présence de nandrolone, et plus spécifiquement da 19-norandrostérone, un métabolite de la famille des stéroïdes anabolisants, interdit par le Code mondial antidopage. Houlihan, 4e des Mondiaux 2019 sur 1 500 m, avait demandé l'analyse de l'échantillon B, qui avait montré des résultats similaires. Pour sa défense, elle avait alors expliqué avoir consommé, quelques heures avant le contrôle, un burrito acheté dans un food-truck, dont la viande était selon elle constituée d'abats de porc non-castré, et donc riches en norandrostérone. Elle n'avait pas pu finir le burrito, décrit dans son témoignage comme très gras et très riche. lire aussi Shelby Houlihan ne disputera pas les sélections olympiques américaines Selon un expert en agro-alimentaire de l'Université Texas Tech, il n'est pas possible de retrouver ce genre de viande dans la chaîne d'approvisionnement classique en porc. La viande (et les abats) de porc non-castré n'est, aux États-Unis, pas destinée à la consommation humaine. De plus, la concentration en nandrolone dans les abats n'aurait pas dû occasionner les taux relevés chez l'athlète, bien supérieurs. De nouveau éligible en janvier 2025 .En conclusion, le TAS a estimé que les explications de Shelby Houlihan n'étaient pas acceptables, résultant d'un enchaînement de faits considérés par l'instance, avec l'appui d'éléments scientifiques, comme hautement improbables. L'athlète n'ayant pas réussi a établir la source de la présence de nandrolone dans ses échantillons, le TAS a confirmé la suspension de quatre ans, prononcée en première instance par l'Agence mondiale antidopage. Notifiée de son contrôle positif le 14 janvier dernier, Houlihan, 28 ans, sera de nouveau éligible au 15 janvier 2025.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles