Athlé - GBR - La Britannique Dina Asher-Smith se plaint du manque de parité en marketing

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Dina Asher-Smith, championne du monde en titre du 200 m, a regretté mercredi que les hommes et les femmes ne soient pas traités de la même façon en termes de marketing. Sur le site Players Tribune, Dina Asher-Smith a critiqué les spécialistes du marketing sportif pour la manière dont il traitait les athlètes masculins et féminins. Selon elle, les premiers sont mis en valeur par leurs performances et les seconds par leur esthétisme. La sprinteuse britannique, championne du monde du 200 m à Doha en 2019 et triple championne d'Europe un an plus tôt (100 m, 200 m et 4 x 100 m), a reconnu que les campagnes publicitaires impliquant les femmes s'étaient améliorées, mais qu'il restait encore des efforts à faire. « Si on commercialise une nouvelle paire de chaussures de foot, on va utiliser quelqu'un comme Lionel Messi, et non quelqu'un qui ne joue que de façon récréative, simplement parce qu'il correspond mieux à l'image, a écrit Asher-Smith. Pourtant, c'est souvent le cas avec les femmes. Parce qu'elles correspondent à un idéal esthétique ? Quel genre de message envoie-t-on à une fillette de huit ans ou aux filles qui aspirent à être des athlètes ? » Dina Asher-Smith « Une petite fille de huit ans va penser qu'elle aura besoin d'esthétisme pour faire parler de son sport » La Britannique s'est demandée pourquoi des athlètes telles que Marta (football), Katie Ledecky (natation) ou Shelly-Ann Fraser-Pryce (athlétisme) n'étaient pas mises en valeur au même titre que Lionel Messi ou Tiger Woods. « Si vous êtes le « GOAT »Greatest of all time », le meilleur de tous les temps), le détenteur du record du monde, le médaillé d'or, vous méritez tout... au moins pour les hommes, a ajouté Asher-Smith. Mais il existe d'innombrables exemples où ce n'est pas le cas dans le sport féminin. » Et la championne du monde du 200 m de préciser : « Nous, nous pouvons voir la double image. Mais une petite fille de huit ans ne le peut pas. Elle va penser que même si elle est la meilleure qu'on ait jamais vu dans son sport, elle va avoir besoin d'esthétisme pour faire parler de sa discipline ». lire aussi Toute l'actualité de l'athlétisme