Athlé - Handisport - Blake Leeper : « Je veux être le plus rapide du monde, jambes ou pas jambes »

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'Américain Blake Leeper (30 ans), double amputé tibial, a engagé un bras de fer avec les instances pour pouvoir courir avec les valides sur 400 m. « World Athletics a rejeté en février votre demande d'éligibilité au motif que vos prothèses vous donnent un avantage sur vos concurrents, malgré une étude scientifique contradictoire.
Que pensez-vous de cet argument ?
Honnêtement, je pense que c'est ridicule. Regardez-moi en tant qu'être humain, en tant que personne. Quand vous faites la liste de mes handicaps, j'en ai tellement... Mes jambes me font parfois très mal, elles gonflent, elles peuvent saigner à l'entraînement. Parfois, c'est dur de me mettre debout et de marcher, d'aller simplement aux toilettes. Certains jours, ça s'infecte. D'un point de vue sportif, mon équilibre, mon départ en starts... il y a tellement de choses que je dois gérer juste pour prendre le départ d'une course. À ça s'ajoutent les regards, les gens qui parlent de moi. Parce que je suis différent. Tous ces obstacles parce que je suis né sans jambes. Série « Objets de controverse » (6/6) : les prothèses des athlètes, dont Oscar Pistorius
Vous avez décidé de faire appel devant le Tribunal arbitral du sport. Finalement, le report des JO de Tokyo à 2021 vous laisse plus de temps pour défendre votre cause...
Oui ! Personnellement, j'étais prêt à courir à très haut niveau. Je m'entraîne chaque jour vraiment très dur et malheureusement, avec tout ce qui se passe, les JO ont été repoussés. C'était un peu décourageant. On doit être patient mais comme vous l'avez dit, pour moi, ça me donne plus de temps pour trouver une solution. Je pense que ça faisait partie du jeu pour eux, de précipiter les choses. Tout doit être bien analysé, ce qui n'aurait peut-être pas été le cas. Je n'ai rien à cacher. « j'ai fait des courses auparavant où j'ai dû être évacué de la piste à cause de la montée d'acide lactique » L'un des arguments de vos détracteurs est que vous ne ressentez pas l'acide lactique, puisque vous n'avez pas de jambes. C'est vrai ?
J'aimerais que ce soit vrai ! Si c'était le cas, alors je pense que je courrais encore plus vite. Non, ce n'est pas vrai, j'ai fait des courses auparavant où j'ai dû être évacué de la piste à cause de la montée d'acide lactique. C'est vrai que les gens disent : "Pourquoi court-il si vite ? C'est parce que c'est plus facile avec des lames." Mais ça m'a pris entre sept et huit ans pour courir un 400 m. Vous n'arrivez pas du jour au lendemain à courir en 44''. Tout comme vous n'achetez pas une guitare et apprenez à en jouer en une nuit. C'est irréaliste. On travaille tellement. C'est injuste de dire ça. Si c'était si simple, pourquoi il n'y a pas plus de personnes qui se font amputer et essaient de courir sur des lames ? Blake Leeper, le double amputé revenu de tout Pourquoi voulez-vous courir contre les valides ?
Je veux gagner l'année prochaine. Je veux être l'homme le plus rapide du monde. Je serai un concurrent sérieux, jambes ou pas jambes. Je veux enlever cet état d'esprit, cette culpabilité que ressentent les handicapés. Je veux que les gens regardent quelqu'un avec un handicap et disent "waouh ! Il est aussi rapide que nous, aussi bon que nous". J'espère changer la perception dans le monde. Des personnes en situation de handicap sont encore discriminées, et ce n'est pas acceptable. C'est à ça que je pense quand je m'entraîne. Et c'est pour ça que j'ai atteint le très haut niveau. C'est important, très important pour moi d'aller concourir au plus haut niveau sans barrières, sans limites. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi