Athlé - Marseille - Benjamin Robert, Baptiste Mischler et Azeddine Habz réalisent les minimas pour Tokyo au meeting de Marseille

·3 min de lecture

La fête du demi-fond continue : Benjamin Robert sur 800 m, Baptiste Mischler et Azeddine Habz sur 1 500 m ont satisfait aux minima olympiques ce mercredi au meeting de Marseille. Il va falloir agrandir la capacité de l'avion pour Tokyo. Dans une année folle, portée le plus souvent par des chaussures qui aident à courir vite, les chronos s'affolent et on se demande si le nombre de qualifiés ne va pas dépasser tous les records. Trois demi-fondeurs français de plus ont poinçonné leur ticket ce mercredi soir à Marseille. Sur 800 m, en l'absence toujours de l'ancien champion du monde Pierre-Ambroise Bosse, touché au genou, le généreux Benjamin Robert, trois jours après un bon meeting de Hengelo, s'est encore mêlé à la lutte en tête, ne succombant que devant le Kenyan Kipruto, en 1'44''53 contre 1'43'95, ce qui est largement sous les minima de 1'45''20.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Au 1 500 m, Miellet et Gressier, qui ont déjà satisfait aux conditions, respectivement, sur 1 500 m et 5 000 m, n'ont pas été aux avants-postes d'un bon 1 500 m remporté par le Kenyan Kipsang, mais avec respectivement 3'36''03 et 3'35''97, ils sont dans le coup, mais c'est devant qu'il fallait regarder avec les 3'34''30 de Baptiste Mischler et les 3'34''68 d'Azeddine Habz, ce qui est qualificatif pour Tokyo... sauf si d'autres font mieux encore.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

On ne devrait pas toujours juger uniquement à l'aune des chiffres. Dans un stade de Marseille au vent versatile, et surtout contraire au sprint (mais pourquoi donc n'inverse-t-on pas le sens des courses ?), le licencié local Jimmy Vicaut, back from the USA où il s'entraîne, a assuré la victoire au 100 m, en 10''36, devançant un bon client, le Turc Guliyev, 10''42''.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le DTN français aurait aimé voir d'autres impétrants dégommer les minima pour Tokyo, mais ce n'était pas le jour du sprint, où les chaussures semblent moins déterminantes. Pour sa vraie rentrée, Floria Gueï, 3e d'un 400 m dense, a néanmoins laissé croire qu'elle pourrait satisfaire aux conditions (51''35), avec un très honnête 51''57, pas si loin de son record 50''84... Plus difficile a été le 400 m de Thomas Jordier, 45''72 et le 100 m féminin de Carolle Zahi en 11''47, qui ne sont toujours pas certains d'être alignés en individuels à Tokyo... lire aussi L'actualité de l'athlétisme