Athlé - Justice - Alain Flaccus relaxé de l'accusation d'empoisonnement à l'encontre d'Ophélie Claude-Boxberger

·1 min de lecture

L'audience tenue jeudi au tribunal de Montbéliard faisait suite à la plainte déposée par l'athlète en décembre 2019, après son contrôle positif à l'EPO. Alain Flaccus a été relaxé jeudi par le tribunal de grande instance de Montbéliard de l'accusation d'« atteinte à l'intégrité physique par administration de substances nuisibles », à l'encontre d'Ophélie Claude-Boxberger, à la suite de la plainte déposée par l'athlète en décembre 2019. La spécialiste du 3 000 m steeple, contrôlée positive à l'EPO le 18 septembre 2019 peu avant les Mondiaux de Doha, accusait Alain Flaccus, son ex-beau-père, de lui avoir inoculé le produit dopant au cours d'une séance de massage lors d'un stage à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales). Flaccus avait soutenu plusieurs fois cette version avant de se rétracter en juin 2020. lire aussi Dopage, machination, jalousie... : l'incroyable affaire Ophélie Claude-Boxberger Jeudi, le tribunal a également condamné Ophélie Claude-Boxberger à verser à Alain Flaccus - absent à l'audience - des dommages et intérêts pour un montant de 3 500 euros. À l'énoncé du verdict, elle a éclaté en sanglots. Peu après, l'athlète a assuré qu'elle ne savait pas si elle ferait appel de la décision. Sur le plan sportif, Ophélie Boxberger a été condamnée à deux ans de suspension en avril 2021 - à compter de la date du contrôle - par la commission des sanctions de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Une décision dont l'AFLD a d'ailleurs fait appel auprès du Conseil d'État, estimant « que la sanction n'est pas proportionnée » et espérant alourdir celle-ci.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles