Athlé - Justice - Violences : huit mois de prison avec sursis pour Ludovic Payen

·2 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Ludovic Payen, champion d'Europe espoirs du 110 m haies en 2017, a été condamné à huit mois de prison avec sursis pour des violences sur son ex-compagne, vendredi au tribunal correctionnel de Poitiers. Le 7 mai, lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Poitiers, le ministère public avait requis six mois de prison avec sursis pour Ludovic Payen, jugé pour violences volontaires avec ITT de moins de huit jours sur son ex-compagne. Les faits correspondants à la saisine du tribunal remontaient au 16 juin 2020, et les faits antérieurs et postérieurs à cette journée de violences, pour lesquels la victime, Amanda U., avait porté plainte en octobre, n'ont pas été jugés. Vendredi 21 mai, le tribunal a finalement prononcé une peine plus lourde que les réquisitions du parquet avec huit mois de prison avec sursis, une mise à l'épreuve durant deux ans au cours de laquelle le hurdleur de 26 ans ne devra pas entrer en contact avec sa victime, et une obligation de soins. L'examen du préjudice de la jeune femme a été renvoyé à une audience spécialisée, le 11 octobre. Payen s'est présenté au tribunal sans avocat La victime vivait en couple et se trouvait déjà dans une atmosphère de violences physiques et verbales depuis plusieurs mois quand la situation a dégénéré, en juin 2020, suite à une dispute. « Il m'a jetée sur une table en bois qui s'est cassée, c'était d'une violence extrême, nous racontait Amanda U. en septembre dernier. Il m'a mis beaucoup de coups de poing dans les bras, les jambes. Au niveau de la tête, il ne m'a pas vraiment mis de coups de poing mais des énormes gifles, tellement que j'ai eu le visage gonflé et le tympan perforé. » Les coups, insultes et menaces s'étaient poursuivis jusqu'au lendemain, où la victime était parvenue à prévenir les parents de l'athlète, qui s'étaient rendus à Poitiers et avaient mis fin à son calvaire. Payen, devenu champion d'Europe espoirs du 110m haies en 2017, s'était présenté à l'audience fortement amaigri, et sans avocat. Il a reconnu les violences mais n'a visiblement pas convaincu la juge par ses explications. « Je regrette ces faits parce qu'il y a une incidence sur sa vie et sur la mienne, a-t-il déclaré à la barre, selon nos confrères de La Nouvelle République. J'ai essayé de comprendre ce qui s'était passé avec un psychologue du Creps. J'ai tellement perdu psychologiquement, physiquement, socialement dans cette histoire. J'ai perdu ma copine et ma réputation... » Une décision « importante » selon l'avocat de la victime « C'est une décision importante, pour ma cliente mais aussi pour l'ensemble des victimes de violences dans le milieu sportif car la honte va changer de camp », a commenté Maître Guyonnet, l'avocat de la victime, qui a eu d'importantes séquelles physiques et psychologiques. « Cela donne beaucoup d'espoir car la plupart des victimes de violence dans le sport n'osent pas porter plainte car elles se sentent totalement abandonnées par leur fédération, comme c'est le cas ici », a-t-il poursuivi, en référence à la gestion du dossier disciplinaire par la FFA. L'organe disciplinaire d'appel de la Fédération avait prononcé, à l'encontre de Payen, en mars dernier, une suspension de quatre mois, dont deux avec sursis, dans une période où il n'y a pas eu de compétitions. Payen, « contristé » mais prêt à relever de « nouveaux challenges » Contacté, Ludovic Payen nous a fait parvenir ce texte : « Cette décision de justice intervient après dix longs mois. À la toute fin, ils ont tenté de m'incriminer (pour) tentative de meurtre et une interdiction juridique définitive de pratiquer l'athlétisme, l'audience était surréaliste. Je suis contristé que Mlle U. ait été autant affectée psychologiquement et physiquement, mais pas étonné connaissant son caractère neurasthénique. Néanmoins si elle va mieux comme prétendu alors mon souhait a été exaucé, malgré l'entreprise pour y parvenir. Un nouveau chapitre de ma vie se profile rempli de nouveaux challenges je me prépare à les affronter fort de cette expérience marquante qui m'a fait mûrir, notamment sur la réalité des relations de couple. Concernant la saison estivale 2021 j'ai décidé d'y faire l'impasse n'ayant pas pu me préparer suffisamment correctement afin de me montrer compétitif au niveau auquel je suis attendu. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles