Athlé - l'Américaine Shalane Flanagan boucle six grands marathons en six semaines

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La championne américaine de 40 ans est sortie de sa retraite pour enchaîner les six plus grands marathons du monde, cet automne, en moins de 2h50' chacun. Shalane Flanagan a 40 ans, elle a été opérée des deux genoux, elle a écrit trois bouquins de cuisine, elle a mis un terme à sa carrière et elle coache désormais le groupe dans lequel elle s'entraînait en Oregon (le Bowerman Track Club), autant de choses qui ne l'ont pas empêchée de se lancer un incroyable défi cet automne : courir les six marathons majeurs d'affilée, en moins de 3 heures chacun. Médaillée d'argent olympique du 10 000 m en 2008, première Américaine à s'imposer sur le marathon de New York depuis quarante ans en 2017, Flanagan a bouclé son pari avec succès dans Big Apple, ce dimanche, en 2h33'32'' (12e du classement féminin), six semaines après ses 2h38'32'' à Berlin le 27 septembre (17e). Shalane Flanagan « Honnêtement, je n'avais jamais pris autant de plaisir à courir de toute ma vie. » Dans l'intervalle, elle avait couru à Londres en 2h35'04'' le 3 octobre, le marathon le plus compliqué selon elle, celui où elle a été obligée de marcher pour la première fois de sa vie, ce qu'elle conseille désormais. Mieux encore, elle avait enchaîné Chicago (2h46'39'') et Boston (2h40'36'') en 24 heures, les 10 et 11 octobre, sautant dans un avion à l'arrivée du premier pour rejoindre le Massachussetts. Enfin, Comme Tokyo était cette année virtuel, elle l'a couru à Portland le 18 octobre en 2h35'14'', sans foule ni organisateur. Ce Projet Eclipse, comme elle l'a baptisé, a dépassé ses attentes. Flanagan, jadis enfant timide, voulait démontrer que la course à pied, qui a changé sa vie, était au moins autant affaire de volonté que de physique. Elle a vécu des moments de partage, au milieu de la masse, comme elle n'en avait jamais connu dans les pelotons élites. L'Américaine assure qu'elle ne renouera pas avec la compétition mais reconnaissait à l'arrivée à New York : « Une part de moi est heureuse d'en avoir fini avec le marathon mais je suis aussi très triste de finir cette histoire parce que, honnêtement, je n'avais jamais pris autant de plaisir à courir de toute ma vie. » lire aussi Toute l'actualité de l'athlétisme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles