Athlé - L'athlète Mary Cain dénonce les méthodes d'entraînement d'Alberto Salazar

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'ex-prodige du demi-fond américain Mary Cain dénonce dans une tribune au « New York Times » les méthodes d'entraînement d'Alberto Salazar. Ce dernier l'aurait détruite physiquement et mentalement. Championne du monde juniors du 3 000 m en 2014, Mary Cain était annoncée comme la relève américaine du demi-fond. Avec 1'59''51 sur 800 m et 4'04''62 sur 1 500 m à seulement 17 ans, l'athlète née à New York, avait en effet le pedigree parfait et c'est en toute logique qu'elle a rejoint en 2013 le Nike Oregon Project, le groupe d'entraînement d'Alberto Salazar, très décrié depuis la suspension pour « conduite dopante » de l'entraîneur américain. Un groupe, où Cain, selon ses dires, a vécu un calvaire comme elle le raconte dans une vidéo diffusée sur le site du New York Times. « J'ai été physiquement et émotionnellement abusée par un système créé par Alberto (Salazar) et sponsorisé par Nike », lâche d'entrée de vidéo l'athlète qui révèle que la culture de la perte de poids était très répandue dans son groupe, ce que Salazar a démenti dans un mail envoyé au journal. « Après des mois de privations, je n'avais plus mes règles, avoue Cain. Et je me suis brisé cinq os. Mes entraîneurs voulaient que je sois de plus en plus mince. » Blessée à de multiples reprises, l'Américaine a avoué avoir eu des idées suicidaires et n'est plus apparue en compétition depuis la saison 2016. Aujourd'hui, elle a évidemment quitté le Nike Oregon Project qui vient d'être dissous par Nike suite aux dernières révélations concernant Salazar. De son côté, Cain espère que son cas servira d'exemple dans un sport où les femmes sont très souvent soumises aux mêmes normes que les hommes en termes de développement physique. « J'étais seule et apeurée, conclut-elle. Ce système est malade. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi