Athlé - Montreuil - Montreuil : Lamote et Raffin réalisent les minima pour Tokyo, MPM pour Zango au triple saut

·4 min de lecture

Rénelle Lamote sur 800m et Melvin Raffin au triple saut ont réalisé les minima pour Tokyo mardi soir au meeting de Montreuil. Le Burkinabé Hugues Fabrice Zango a lui réalisé la meilleure performance mondiale de l'année au triple saut avec 17,67 m. Rénelle Lamote et Melvin Raffin ont su profiter des bonnes conditions climatiques qui régnaient mardi sur Montreuil. Les deux athlètes ont en effet réalisé les minima en vue des Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août) et seront donc présents dans la capitale nippone dans moins de deux mois. Après avoir mené durant tout le deuxième tour, Lamote (27 ans) s'est imposée sur 800m en 1'58''65, sans être véritablement inquiétée. Elle n'était pas allée aussi vite depuis 2016. Sa performance lui permet de réaliser les minima pour les Jeux de Tokyo tout comme le jeune Melvin Raffin (22 ans) quelques instants plus tard au triple saut. Décevant dimanche lors des Championnats d'Europe par équipes (5e avec 16,48 m), le protégé de Teddy Tamgho était revanchard. Après avoir réussi 17,14 m (+0,5 m/s) à son premier essai, il retombait au suivant à 17,19 m (+0,3 m/s), record personnel en plein air battu, à un centimètre seulement de son record en salle. Cela n'était cependant pas suffisant pour remporter le concours qui est revenu comme prévu au Burkinabé Hughes Fabrice Zango, vainqueur avec 17,67 m (+0,2 m/s) réalisés lui aussi à son deuxième essai, meilleure performance mondiale de l'année en prime.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

« Je suis satisfait de ma performance, c'est un nouveau record personnel en plein air », relevait le Burkinabé. « Cela faisait longtemps que j'attendais les minima, reprenait de son côté Melvin Raffin. Je sens qu'il y a encore des détails à régler, et si je parviens à les améliorer, j'irai encore plus loin. » Robert-Michon quatrième pour sa rentrée Pour sa rentrée, Mélina Robert-Michon retrouvait sa grande rivale, la double championne olympique du disque Sandra Perkovic. Sans surprise, la Croate a remporté le concours avec 66,11 m, la Lyonnaise se contentant de la quatrième place avec 61,39 m. « Pour une rentrée c'est correct, déclarait la vice-championne olympique. J'espérais faire un petit peu mieux, mais il fallait prendre ses marques. 61 m au premier essai, c'était bien. Après j'ai essayé, mais ça n'est pas passé. » Parmi les performances des autres Français, on retiendra la victoire de Wilfried Happio sur 400 m haies (49''56), les 1'45''74 de Benjamin Robert, quatrième d'un 800 m remporté par le Polonais Patryk Dobek en 1'44''76 ou les 10''16 de Mouhamadou Fall au 100 m (+0,2 m/s), deuxième à quatre centièmes de l'Ivoirien Arthur Cissé. Records personnels pour Azedinne Habz (3'35''75), quatrième du 1500 m remporté par le Kenyan Abel Kipsang (3'33''99) et pour Laeticia Bapté, deuxième en 13''20 du 100 m haies (+0,3 m/s), 27 centièmes derrière la Biélorusse Elvira Herman. En l'absence de Pascal Martinot-Lagarde et de Wilhem Belocian, le 110 m haies est revenu sans surprise au Britannique Andrew Pozzi en 13''26 (+0,5 m/s). Le meilleur Français s'est avéré être Aurel Manga, deuxième en 13''43. Le médaillé de bronze olympique Dimitri Bascou s'est classé septième en 13''75.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À la hauteur, la championne olympique de l'heptathlon, la Belge Nafissatou Thiam, a effacé 1,89 m, prenant le meilleur sur la Française Solène Gicquel (1,86 m). Enfin, après la victoire sur 100 m de l'Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou (11''06, +0,1 m/s), la soirée s'est conclue au stade Jean-Delbert sur le succès de la Kenyane Beatrice Chebet sur 5000 m en 14'52''06. Sur cette distance, la vice-championne olympique du 800 m Francine Niyonsaba, a réalisé les minima olympiques sur 5000 m en terminant 4e en 14'54''70. La Burundaise de 28 ans est concernée par le règlement sur les athlètes hyperandrogènes pour les distances allant du 400 m au mile (1609 m). Ce règlement, entré en vigueur en 2019, lui impose de suivre un traitement pour faire baisser son taux de testostérone, traitement que, comme la Sud-Africaine Caster Semenya, elle refuse de suivre et c'est donc pourquoi elle est montée sur 5000 m.