Athlé - Ophélie Claude-Boxberger va à nouveau porter plainte contre Alain Flaccus

L'Equipe.fr
L’Equipe

Suspendue provisoirement par l'AFLD depuis son contrôle positif à l'EPO le 18 septembre dernier, Ophélie Claude-Boxberger compte bien faire valoir sa défense devant la commission des sanctions, elle qui assure avoir été dopée à l'insu de son plein gré par son beau-père Alain Flaccus, contre qui elle va porter plainte pour agression sexuelle. Depuis plusieurs semaines, Ophélie Claude-Boxberger a repris progressivement le chemin de l'entraînement, s'organisant comme bon nombre d'athlètes de haut niveau à cause du confinement. « J'essaie de retrouver mon niveau dans tous les domaines. » Mais pour la spécialiste du 3 000 m steeple, la période est beaucoup plus compliquée. Suspendue provisoirement par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) depuis un contrôle positif à l'EPO le 18 septembre, elle est toujours en attente de son passage devant la commission des sanctions de l'agence. « La saison est particulière (avec la pandémie de coronavirus) et les choses ont donc pris encore plus de retard, nous explique-t-elle. Normalement, cela aurait dû être fixé pour le début de saison pour que je sache si je pouvais la faire. Le confinement a reculé les choses. C'est toujours compliqué psychologiquement d'être bien avec ces soucis-là. Il y a des hauts et des bas, il y a des jours où ça va et d'autres où je suis au fond du trou. » Ophélie Claude-Boxberger « Ça m'a tellement détruit que je ne veux pas laisser passer ça » La finaliste des Championnats d'Europe 2018 sur 3 000 m steeple risque en effet quatre ans de suspension alors qu'elle assure que son beau-père Alain Flaccus l'aurait dopée à son insu lors d'un stage à Font-Romeu au mois d'août, fait que l'intéressé a avoué lors de son interrogatoire devant l'Oclaeps (Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique) et répété devant l'AFLD. Une plainte contre X avait d'ailleurs été déposée pour « empoisonnement » par l'athlète, plainte qu'elle souhaiterait rendre nominative. « Là, j'ai eu accès au dossier de l'AFLD avec ses aveux (d'Alain Flaccus) donc je peux aller au tribunal en le désignant directement. » Dopage, machination, jalousie... : l'incroyable affaire Ophélie Claude-Boxberger Ophélie Claude-Boxberger (31 ans) indique également vouloir porter plainte pour « agression sexuelle », toujours à l'encontre d'Alain Flaccus (qui nie) pour des faits qui se seraient déroulés alors qu'elle était mineure. Plainte qu'elle avait déposée à l'époque avant de se rétracter pour « sa mère », Flaccus étant le compagnon de cette dernière. « Ça m'a tellement détruit que je ne veux pas laisser passer ça mais on (avec son avocate Maître Lobier-Tupin) n'a pas pu encore déposer la plainte sur Nîmes. » Alain Flaccus, en bout de piste Dans tous les cas, l'athlète de Montbéliard reste combative, n'envisageant pas d'autre scénario que d'être innocentée. « Pour le moment, je ne veux pas l'imaginer (la suspension). Les Jeux Olympiques de Tokyo (2021) restent mon objectif, avant de finir ma carrière sur marathon à Paris comme mon papa (Jacky Boxberger, ex-international français) l'avait fait en 1984 (à Los Angeles). Je garde toujours ça en tête. Je ne vois pas pourquoi je prendrais pour quelqu'un d'autre. Je ne l'accepterai pas. Je n'arrive pas à l'imaginer. » Affaire Claude-Boxberger : la chute de l'héritière

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi