Athlé - Perche - salle - Renaud Lavillenie veut doubler Championnats d'Europe et du monde en salle

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Renaud Lavillenie s'est fixé ces deux compétitions comme objectif cet hiver, à l'encontre des consignes de la Fédération française. « Comment allez-vous ?
Tout va bien dans l'ensemble, je suis content de cette période. Je suis dans ma troisième semaine de reprise, j'arrive à m'entraîner, je n'ai pas de pépin physique particulier. La priorité n'est pas la même que lors de précédentes reprises où (après blessure) il fallait que je remette tout en place en faisant attention dans les enchaînements. Ça fait du bien de pouvoir enchaîner les séances sans se préoccuper du lendemain. On est toujours au minimum deux ou trois à l'entraînement, ça permet une bonne émulation. Les jeunes qui s'entraînent avec moi, même s'ils me respectent, ont pour objectif d'essayer de me battre et comme ça, ça pousse tout le monde à se bouger. Allez-vous partir en stage prochainement ?
Oui, on va aller à La Réunion du 4 au 18 décembre. Ça peut changer du jour au lendemain, mais a priori c'est bien parti, il n'y a pas de raison qu'on s'en inquiète trop. On sera plusieurs. Il y aura mon groupe, des perchistes de Paris, Valentin (son frère)...On n'a pas prévu de faire de compétition, on ne s'est pas posé la question. On a les compétitions cet hiver, et je n'ai pas intérêt à sauter à ce moment. « Je me prépare pour aller faire les deux car c'est une opportunité importante d'aller affronter les meilleurs dans l'optique des Jeux » On vous verra comme d'habitude sur la saison en salle...
Oui, je devrais attaquer le 16 janvier à Bordeaux. Je ferai mes deux premières compétitions sur 16 foulées, puis sur élan complet à partir de début février. Il y aura donc Bordeaux, Nevers (23 janvier), Karlsruhe (29 janvier), Rouen (6 février), les Championnats de France (20-21 février à Miramas), le All Star Perche à Clermont (27 février), les Championnats d'Europe (5-7 mars à Torun, Pologne) et du monde (19-21 mars à Nankin, Chine) en salle. La Fédération a pourtant annoncé que les athlètes auraient à choisir entre ces deux dernières compétitions...
Quand ils ont dit ça, j'ai fait des bonds. Ils ont dit ça sans avoir connaissance de tout alors qu'on est à quatre mois de l'événement ! Ça va être compliqué pour eux de m'interdire de faire l'une ou l'autre ! L'objectif de ces deux compétitions, c'est d'avoir les meilleurs athlètes et je ne me pose pas la question si je dois choisir entre les deux. Je me prépare pour aller faire les deux car c'est une opportunité importante d'aller affronter les meilleurs dans l'optique des Jeux. Ils ont dit ça à cause de la quarantaine de 14 jours pour la Chine. On espère que d'ici là ça puisse évoluer, mais je suis prêt à partir dès le lendemain des Europe s'il le faut. »