Athlé - Le référé de Clémence Calvin devant le Conseil d'État examiné mardi

L'Equipe.fr
L’Equipe

La marathonienne Clémence Calvin et son entraîneur et mari, Samir Dahmani, ont été condamnés à quatre ans de suspension le 20 novembre dernier par la commission des sanctions de l'AFLD. Après leur condamnation à quatre ans de suspension pour soustraction à un contrôle par la commission des sanctions de l'AFLD (Agence française de lutte contre le dopage), communiquée le 11 décembre, Clémence Calvin et son entraîneur et mari, Samir Dahmani, avaient déposé une requête en référé (un jugement provisoire, pris en urgence) devant le Conseil d'État, afin, en quelque sorte, d'obtenir la suspension provisoire de la suspension. Elle sera examinée mardi 10 mars après-midi par le juge des référés. Calvin et Dahmani avaient été jugés coupables de soustraction et d'obstruction à un contrôle inopiné réalisé par l'AFLD le 27 mars 2019 à Marrakech, au Maroc, où ils s'entraînaient. Tous les résultats de la marathonienne acquis après cette date (dont son record de France au dernier marathon de Paris) avaient également été annulés. Calvin et Dahmani s'étaient déjà pourvus en référé pour obtenir l'annulation de leur suspension provisoire et, après un premier succès, en avril 2019 (ce qui avait permis à l'athlète de disputer le marathon de Paris), avaient été déboutés par deux fois. Ce jugement provisoire a été définitivement confirmé il y a quelques semaines par un jugement sur le fond. Clémence Calvin a également fait appel de la décision de la commission des sanctions devant le Conseil d'État, ainsi que le prévoit le règlement (mais pas en référé, cette fois) mais on ne connaît pas encore la date à laquelle son appel sera examiné. C'est ce jugement en appel qui confirmera ou infirmera définitivement la sanction prise par l'AFLD en novembre dernier.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi