Athlé - Relais mondiaux - Mouhamadou Fall perturbé par un changement de chaussures juste avant le 4x100 m des Relais mondiaux

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Dernier membre du 4x100 m français éliminé samedi en séries des Relais mondiaux de Chorzow, Mouhamadou Fall a été perturbé juste avant la course par un changement de chaussures imprévu. Le 4x100 m masculin français a déçu samedi, ne parvenant pas à se qualifier pour la finale des Relais mondiaux de Chorzow (Pologne). Avec un chrono modeste de 39''08, Amaury Golitin, Marvin René, Mickaël Zézé et Mouhamadou Fall ont seulement pris la troisième place de leur série, échouant certes à deux centièmes d'une qualification au temps pour la finale qui se dispute ce dimanche soir. Fall, dernier relayeur français, a connu une grosse frayeur dans les minutes qui ont précédé la course. Alors qu'il pensait, et le staff tricolore avec lui, que son modèle de pointes était autorisé par les règlements de World Athletics, une inspection en chambre d'appel par des officiels de la Fédération internationale en a décidé autrement. Mouhamadou Fall « C'était un peu la panique, l'énervement, les autres équipes étaient déjà en train de s'échauffer sur la piste » « Le sprinteur italien Marcell Jacobs était dans le même cas, on avait exactement la même paire (des Nike nouvelle génération). Mon équipementier et la Fédération française m'avaient assuré que le modèle était légal (semelle de 20 mm au maximum en sprint, et une seule plaque rigide) et là, en chambre d'appel, on nous a dit l'inverse, détaille Fall. J'avais une deuxième paire, d'un autre modèle, au stade, mais pas sur moi. J'ai alors appelé Dimitri (Demonière, l'entraîneur du relais) pour pouvoir les récupérer. Puis on me dit que finalement ma première paire est OK, puis de nouveau non... C'était un peu la panique, l'énervement, les autres équipes étaient déjà en train de s'échauffer sur la piste, de poser leurs marques. » Finalement, Fall a pu récupérer sa deuxième paire, acceptée par les officiels, et éviter le déshonneur d'une disqualification à son équipe. Mais en entrant au tout dernier moment rejoindre ses partenaires. « J'ai fini de lacer mes chaussures au moment où Amaury Golitin s'élançait... ça n'aide pas, mais ça ne doit pas être une excuse à notre mauvais résultat. » L'erreur venait d'un officiel selon Demonière Demonière est sur la même longueur d'onde : « La performance n'est pas bonne du tout, mais je ne veux pas l'attribuer à ce problème de chaussures même si les athlètes ont été déstabilisés. Mouhamadou a eu très peu de temps pour poser ses marques après cette situation imprévue. Pourtant, on avait communiqué en temps et en heure les modèles utilisés à World Athletics. Et en rentrant à l'hôtel, on a revérifié, la chaussure de Mouhamadou était bien autorisée, l'erreur venait d'un officiel en chambre d'appel. Mais nous n'avons pas pu porter de réclamation. » Qualifié pour les JO de Tokyo grâce à sa présence en finale des Mondiaux 2019, le 4x100 m hommes vérifiera sans doute de très près la liste des équipements autorisés au Japon.