Athlé - USA - Deuxième du 400 m des sélections US, Allyson Felix se qualifie pour ses cinquièmes JO

·4 min de lecture

La multi-médaillée Allyson Felix (35 ans) a pris dimanche la deuxième place du 400 m des sélections américaines à Eugene (Oregon), s'offrant ainsi une cinquième participation aux JO. Succès notables de Mike Norman (400 m), Kendra Harrison (100 m haies) et Rudy Winkler (marteau). Il y avait bien sûr le 100 m hommes remporté par Trayvon Bromell en 9''80, mais le grand moment d'émotion de la journée de dimanche à Eugene (Oregon) est venu du 400 m femmes, remporté par Quanera Hayes en 49''78, qui a pris le meilleur sur Allyson Felix (50''02) et Wadeline Jonathas (50''03). A 35 ans, Felix a eu droit à une ovation méritée du Hayward Field après avoir tout donné dans la dernière ligne droite pour arracher une place sur le podium. « Je suis très fière d'y être arrivée, fière d'avoir lutté car ce n'a pas été facile depuis plusieurs années, a indiqué la Californienne. Mais s'il y a une chose que je sais faire, c'est lutter ! » Elle n'avait plus couru aussi vite depuis 2017 sur le tour de piste et va donc disputer ses cinquièmes Jeux Olympiques dans quelques semaines à Tokyo. Une longévité remarquable pour la Californienne, présente depuis l'édition 2004 à Athènes. L'athlète féminine la plus souvent titrée aux JO avec six médailles d'or (4x400 m en 2008 ; 200 m, 4x100 m et 4x400 m en 2012 ; 4x100 m et 4x400 m en 2016) a aussi remporté deux médailles d'argent sur 200 m en 2004 et 2008 et une du même métal sur 400 m en 2016. Sans évidemment oublier ses 13 titres mondiaux !

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Mère d'une petite fille née grande prématurée en novembre 2018 et restée un mois en soins intensifs, Felix s'est aussi impliquée ces dernières années dans différents combats sociaux, soutenant le mouvement Black Live Matters ou plus près du sport le sort réservé par certains sponsors aux athlètes tombant enceintes et alors privées de contrat. C'est ce qui lui est arrivé en 2019 avec son ancien équipementier historique, Nike, qui a modifié son comportement en la matière après la médiatisation de son attitude par Felix, partie courir sous les couleurs de la filiale de vêtements sportifs du géant Gap. lire aussi Toute l'actu de l'athlé La pandémie a repoussé les JO d'un an, mais la sprinteuse à la foulée si élégante et reconnaissable y a puisé une nouvelle motivation, quitte à s'entraîner à la plage ou sur des parkings sous les ordres de son coach Bob Kersee, faute de stades ouverts pendant plusieurs mois. « Au début, j'ai trouvé ça décevant mais finalement c'est très bien car ma fille peut venir au stade, voir ce qui se passe et en profiter aussi, expliquait-elle il y a quelques jours. Etre mère est devenu mon job numéro un, ma plus grande réussite aussi, c'est fantastique. Mais ici ce sont mes dernières sélections, je veux savourer au maximum et bien sûr me qualifier ! » Felix est aussi engagée sur 200 m, dont les séries sont programmées jeudi. Le 400 m hommes a déclenché moins d'engouement, mais notons la victoire du favori Michael Norman en 44''07, meilleur temps de sa saison, devant Michael Cherry (44''35) et le jeune (20 ans) Randolph Ross (44''74), qui avait été épatant la semaine passée au même endroit lors des finales NCAA en signant 43''85, meilleure performance mondiale sur le tour de piste. Winkler impressionne au marteau Rudy Winkler (26 ans) a établi un nouveau record national du marteau en 82,71 m à son deuxième jet, effaçant la marque de 82,52 m réussie en 1996 par Lance Deal. Winkler, dont le précédent record était de 81,98 m, établi il y a deux mois, déjà à Eugene, a été extrêmement régulier en envoyant son marteau cinq fois sur six à plus de 80 mètres. Son nouveau record des Etats-Unis est aussi la deuxième meilleure performance mondiale de l'année derrière les 82,98 m du Polonais Pawel Fajdek. Winkler sera accompagné à Tokyo de Daniel Haugh (79,39 m) et Alex Young (78,32 m). Des rivaux potentiels pour Quentin Bigot dans la course au podium olympique. Harrison fait oublier 2016 Après sa mésaventure des sélections olympiques 2016, où sa 6e place en finale du 100 m haies l'avait privée du voyage à Rio quelques jours seulement après avoir établi un nouveau record du monde en 12''20, Kendra Harrison a cette fois été exacte au rendez-vous en s'imposant dimanche en 12''47 (+ 0,8 m/s), meilleur chrono de sa saison. Elle a pris le meilleur sur la championne olympique 2016 Brianna McNeal (12''51) et Christina Clemons (12''53). McNeal, récemment suspendue cinq ans pour « entrave au processus antidopage » pouvait néanmoins disputer ces sélections olympiques car elle a fait appel de cette sanction devant le Tribunal arbitral du sport, qui doit rendre sa décision avant les Jeux Olympiques (23 juillet - 8 août).
Le décathlon a été remporté par Garrett Scantling avec 8 647 points, nouveau record personnel. Il sera accompagné à Tokyo de Steven Bastien (8 485 points) et Zach Ziemek (8 471 pts). Ce dernier a notamment franchi 5,55 m à la perche. A la hauteur femmes, succès de Vashti Cunningham avec 1,96 m. La troisième des Mondiaux 2019 a devancé Inika McPherson (1,93 m) et Nicole Greene (1,93 m). Le concours de triple saut femmes a été remporté par Keturah Orji, quatrième des JO 2016, avec 14,52 m (+ 0,9 m/s), devant Tori Franklin (14,36 m, + 1,4 m/s) et Jasmine Moore (14,15 m, + 1,6 m/s).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles