ATP - Blessé au coude, Lucas Pouille va mieux

L'Equipe.fr
L’Equipe

La reprise se rapproche pour Lucas Pouille, touché au coude en octobre. Le Nordiste va mieux et poursuit sa préparation. Après cinq heures d'entraînement (physique, tennis, physique) de 8 heures à 13 heures, Lucas Pouille s'est accordé mercredi une petite pause dans la boutique où sa femme expose sa collection de vêtements « Blond Som Üs » à Paris. Comment va son coude ? « Ça va mieux. On a pris le temps qu'il fallait pour se soigner, on a fait tous les protocoles pour que ça aille vite. On a réussi à reprendre un peu plus tôt que prévu car la douleur a diminué, explique le Nordiste. C'était positif. » Blessé au coude droit, Lucas Pouille met un terme à sa saison Il a juste pris beaucoup de précautions sur le service et vient de recommencer à effectuer ce coup à l'entraînement. Vendredi et samedi, il se rend à Bordeaux pour le « Mica Challenge » puis il part en Arabie Saoudite pour une exhibition du 12 au 14 décembre où il pourra faire quelques matches. Il finira sa préparation à Dubaï avant de se rendre en Australie pour disputer l'ATP Cup puis le tournoi d'Adélaïde avant l'Open d'Australie. Lucas Pouille, les chiffres d'une saison très contrastée Durant sa phase de convalescence et de préparation, a-t-il regardé la nouvelle formule de la Coupe Davis et qu'en a-t-il pensé ? « J'ai eu un petit pincement au coeur quand je les ai vus ensemble la semaine précédente. J'ai regardé un peu. Ça a été une Coupe Davis pour l'Espagne. À chaque fois que l'Espagne a joué, c'était extraordinaire. On retrouvait la ferveur Coupe Davis pour les deux équipes. Lucas Pouille « Les courts étaient beaux mais le public n'était pas là et c'est le coeur de la Coupe Davis » En fait, il faut jouer l'Espagne car ce sera tout le temps en Espagne. Il n'y a qu'à Madrid où il y a un stade avec des courts couverts à cette période-là, sinon il faut retourner aux États-Unis ou en Amérique du Sud et c'est impossible après le Masters. De ce que j'ai entendu, c'était bien organisé. Les courts étaient beaux mais le public n'était pas là et c'est le coeur de la Coupe Davis. Chanter la Marseillaise ou l'hymne de son pays devant cent personnes dont vingt qui sont des élus de la Fédération, c'est compliqué. Après, c'était une première fois. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi