ATP World Tour Finals - Djokovic renverse le Maître

Numéro un mondial cette saison, Novak Djokovic termine 2012 sur une deuxième victoire au Masters en battant le tenant du titre Roger Federer, lundi à Londres.

Novak Djokovic va finir l'année totalement rassuré, s'il avait besoin de l'être, par la légitimité de sa place de numéro un mondial. Le Serbe, plus régulier que les autres cette saison, a conclu l'année sur la plus belle des victoires possibles, en remportant son sixième trophée en 2012 lors du Masters de Londres. Sa victoire contre Roger Federer en finale (7-6, 7-5), qui lui offre son deuxième succès dans la compétition après celui de 2008, lui permet d'offrir une "happy end" à un chapitre débuté il y a dix mois par un succès de prestige, Djokovic s'étant adjugé la premier levée du Grand chelem à Melbourne.

Le Serbe termine la semaine invaincu après des victoires notamment sur Andy Murray, Juan Martin Del Potro et Roger Federer. Autant dire que sa victoire souffre de peu de contestation possible. Elle récompense un numéro un mondial moins planant qu'en 2011, mais pas moins solide dans son jeu. C'est même à sa capacité à rester droit dans ses bottes par vent contraire que Djokovic doit en partie le gain de cette finale, puisqu'il a été mené lors de chaque manche avant de régler Federer au sprint. À part Nadal, il n'y a probablement personne au monde pour revenir dans un set aussi mal embarqué que le premier pour lui face à Federer. En ouverture du match, le Suisse planait, volait, tout en relâchement, avec ce jeu qui suscite dans les gradins un bruit sourd d'admiration inévitable avant même la fin des échanges.

Une finale de Masters à l'image de la saison

Djokovic a attendu le dixième point pour scorer. Il fut mené 0-3, mais pour avoir su lâcher quelques coups culottés au plus fort de la domination du Suisse, il a recollé à 3-3 et équilibré les débats au moment où le 6-0 de Cincinnati n'était plus une hypothèse d'école. Jusqu'au tie-break de la première manche, c'est Federer qui était dans le terrain et Djokovic un mètre derrière la ligne. Mais en réglant son jeu de défense, le Serbe a obligé son adversaire à accroître encore la prise de risque, donc à rater. Un jeu bâclé (sept fautes en coup droit) à 4-4 a vu Federer jouer de façon moins clinique. Après avoir manqué une première balle de set à 5-4 en sa faveur, Djokovic a fait la course en tête dans un jeu décisif tendu et serré qu'il conclut à sa troisième balle de set (8-6).

Djokovic a payé son effort en concédant son service d'entrée de deuxième set, visiblement à court de concentration, et en laissant Federer bénéficier de son avance jusqu'à 5-3 puis 5-4. Dans une partie rendue décousue par le niveau exceptionnel de prise de risque, avec tout ce que cela implique de fautes provoquées ou non, Federer s'est procuré deux balles de set à 40-15 sur son propre service. C'est le moment qu'il "choisit" pour réaliser son deuxième plus mauvais enchaînement du match, avec trois fautes en coup droit, avant de subir la domination de Djokovic sur un rallye de fond de court. Ainsi reboosté à grands coups de "come on", le Serbe a su plier le match à sa première balle de match, à 6-5 sur le service de Federer, réussissant un passing de revers de toute beauté le long de la ligne sur une ultime attaque du Suisse.

Après coup, celui-ci a reconnu qu'il ne pouvait pas mieux jouer que ce lundi à l'O2 Arena, rendant un hommage indirect à la qualité de balle et d'investissement de son adversaire. Le dernier match de l'année aura été à l'image de la saison. Djokovic et Federer se sont concurrencés pour la place de numéro un, mais c'est le Serbe qui a fait la différence. Il n'y aura eu qu'un point de différence entre les deux hommes sur la finale de Londres (96-95 pour Djokovic). Mais le tennis aura eu le bon goût d'offrir à cette saison en forme de thriller un dernier épisode sacrant de façon incontestable le meilleur de ses soldats. Celui-ci s'appelle Novak Djokovic. C'est la deuxième année consécutive. Pour faire reluire encore davantage sa couronne, il a même été capable de déloger le Maître des lieux.

Lire aussi
FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant