Attribués à la France, les Mondiaux 2027 de cyclisme auront lieu en Haute-Savoie

Vingt-sept ans après Plouay en Bretagne, la France accueillera les Championnats du monde en Haute-Savoie sous un format élargi à toutes les disciplines du cyclisme. La Côte de Domancy, qui avait sacré Bernard Hinault en 1980, devrait en être à nouveau le théâtre pour les épreuves en ligne.

L'UCI a annoncé lors de son congrès ce jeudi matin que la France serait bien l'hôte des Championnats du monde de cyclisme en 2027, ce qui n'était plus arrivé depuis 2000 à Plouay (Morbihan).

Deux jours plus tôt, le comité directeur avait voté par acclamation pour cette candidature de la Haute-Savoie (plutôt que celle proposée par les Pays-Bas) alors que la délégation emmenée par le président du département Martial Saddier, avec comme ambassadeur Bernard Hinault, venait juste de finir son intervention de deux heures.

Des soutiens qui ont pesé

En 2027, les Championnats du monde auront lieu pour la deuxième fois - après ceux de Glasgow l'an prochain - sous un format particulier regroupant toutes les disciplines du cyclisme (13 en 2023, 19 en 2027) tous les quatre ans sur deux semaines, comme pour les Jeux Olympiques. Les soutiens obtenus par la candidature française ont évidemment pesé, à commencer par celui du président de la République Emmanuel Macron, qui est directement intervenu en enregistrant une vidéo pour le dossier porté par le département de la Haute-Savoie.

lire aussi

1980, jour de gloire à Domancy

« Tout s'est déroulé rapidement, je venais juste d'être élu à la tête du département début juillet 2021 quand j'ai croisé David Lappartient à Châtel sur une épreuve cyclotouriste, raconte Martial Saddier. On ne se connaissait pas personnellement et je lui ai demandé quand est-ce qu'on aurait à nouveau la côte de Domancy (à Sallanches où Bernard Hinault avait été champion du monde en 1980) pour les Championnats du monde. Il a exposé le calendrier, ça nous projetait à 2028 mais il a alors parlé de 2027, de ce nouveau format tous les quatre ans. Nous, un peu fous et qui n'avons peur de rien, avons tout de suite dit banco. On s'est serré la main avec David, il ne pensait pas que j'étais sérieux mais l'aventure est partie comme ça. J'ai alors contacté Bernard Hinault pour qu'il devienne notre ambassadeur. »

David Lappartient, président de l'UCI

« Il sera temps d'avoir un Championnat du monde où les spécialistes des grands tours et les grimpeurs auront une chance de devenir champion du monde »

Il était alors évident que l'histoire de Sallanches où Bernard Hinault avait donc été sacré en 1980 - mais aussi Eddy Merckx chez les amateurs en 1964 - allait peser dans la balance. Le 5 février dernier, la candidature était officiellement annoncée dans la côte de Domancy, comme pour souligner encore plus la portée historique du dossier.

Si le détail des sites n'a pas été révélé publiquement, tout laisse à penser que le parcours de l'épreuve reine de la course en ligne en 2027 s'inspirera de celui de 1980. « Il sera temps d'avoir un Championnat du monde où les spécialistes des grands tours et les grimpeurs auront une chance de devenir champion du monde, s'est réjoui David Lappartient, le président de l'UCI. C'est le savoir-faire et l'expertise qui ont été récompensés, dans un décor naturel exceptionnel. »

Un vélodrome à construire

Michel Callot, le président de la Fédération française de cyclisme (FFC), qui avait vu une première candidature rejetée en 2018 pour les Mondiaux de 2020, était aussi ému à l'annonce du choix du comité directeur : « C'est la satisfaction de voir notre persévérance aboutir, la fierté d'entendre des représentants de beaucoup de pays répéter que les Championnats du monde en France, c'est l'assurance d'une organisation parfaite. »

Le vélodrome, qui sera construit de toutes pièces pour accueillir les épreuves sur piste, restera l'héritage de ces Mondiaux, « sous forme d'une salle Arena », a suggéré David Lappartient, sans pour autant que son lieu soit encore révélé. « Ce qu'on peut déjà dire, c'est qu'il sera construit non pas sur une zone agricole mais sur un domaine urbanisé dans le respect des normes environnementales », a précisé Martial Saddier, le président du département.

« Il manquait un vélodrome couvert dans l'est du pays, affirme Michel Callot. On se bat depuis des années pour en avoir un (les sites de Saint-Étienne et de Meyzieu, dans la banlieue lyonnaise, n'avaient pas abouti), ce Mondial va enfin combler ce manque. »

Ces Championnats du monde 2027 se dérouleront du 11 au 26 septembre, et non pas au mois d'août comme ceux de Glasgow (du 3 au 13) l'an prochain. L'événement réunira près de 200 nations et 3 500 athlètes, « soit bien plus que les Jeux Olympiques d'hiver », a précisé Martial Saddier.

Montréal confirmé pour 2026

Après Glasgow (Écosse) en 2023, Zürich (Suisse) en 2024, Kigali (Rwanda) en 2025, c'est bien Montréal (Canada) qui accueillera les Championnats du monde en 2026, 52 ans après le deuxième sacre d'Eddy Merckx en 1974. L'officialisation était censée être annoncée l'an passé à Louvain mais avait été reportée pour des raisons politiques locales.