Au cœur du scandale Le Graët, c’est lui «le boss»

Plongé dans une grosse crise de résultat, l'OL de Laurent Blanc n'a pas le droit à l'erreur face à Strasbourg ce samedi soir. Récemment, le club rhodanien est devenu la propriété de l'homme d'affaires américain John Textor. Or, Jean-Michel Aulas, impliqué dans le scandale de la FFF, n'a pas abandonné ses fonctions.

L'arrivée de Laurent Blanc sur le banc de l'OL n'aura rien changé. Les Gones ne décollent pas au classement et la situation commence à inquiéter. Ces derniers temps, l'OL a connu un gros chamboulement. En effet, John Textor est devenu propriétaire du club présidé par Jean-Michel Aulas. Arrivé dans le pire contexte possible, Textor se met dans l'ombre d'Aulas, habitué à gérer ces situations de crise. Dernièrement, il s'est retrouvé au coeur des discussions concernant le scandale à la FFF. Et bien qu'il ait cédé l'OL, il affirme en demeurer le patron.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

«Je voulais leur rappeler que je restais le boss»

Dans un entretien accordé à L'Equipe, Jean-Michel Aulas a clarifié son rôle à l'OL depuis le rachat de John Textor. « On a élaboré ensemble certaines limites. Je décide pour 95% de l'opérationnel et, pour les 5%, c'est du dialogue, de l'entente. J'ai le devoir d'apporter au nouveau propriétaire un club en Coupe d'Europe. Dans l'état actuel des choses, j'ai senti que John ne voulait pas être trop vite en première ligne. Je suis…

Lire gratuitement l’intégralité de cet article sur le10sport.com