Au Sénégal, le risque d’une crise postélectorale ?

PHOTO SEYLLOU/AFP

La coalition au pouvoir Benno Bokk Yakaar (BBY) récolte 82 sièges. Les opposants, réunis sous les coalitions Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal, remportent 80 sièges : 56 pour les premiers et 24 pour les seconds.

Les petits partis en faiseurs de roi

Et Thierno Alassane Sall, surnommé “TAS”, opposant et champion de la coalition AAR [Alternative pour une assemblée de rupture] ; Pape Djibril Fall, journaliste, analyste sociopolitique, tête de liste de la coalition Les Serviteurs/MPR ; et Pape Diop, ancien maire de Dakar, ancien député, ancien président de l’Assemblée nationale, ancien président du Sénat, à la tête d’une coalition de l’opposition [Bokk Gis-Gis Liguey], s’adjugent les trois dernières écharpes [avec, chacune, 1 député] des 165 députés qui doivent animer la prochaine Assemblée nationale.

Ainsi se présentent les chiffres officiels provisoires qui marquent… provisoirement la fin du suspense de quatre jours né des législatives du 31 juillet.

Large désaveu pour la coalition présidentielle

La coalition BBY perd jusqu’à 43 des 125 sièges qu’elle avait raflés lors des législatives de 2017, preuve d’une baisse de régime conséquente du… régime Macky Sall. L’opposition, par contre, qui garde intacte toute son ambition d’imposer la cohabitation au pouvoir en place, n’a pas encore gagné son pari, malgré sa percée fulgurante, qui vient confirmer ses bons résultats engrangés lors des élections locales passées, qui lui ont permis de mettre dans son escarcelle les mairies de grandes villes comme Dakar et Ziguinchor, pour ne citer que ces prouesses.

Les deux grands adversaires, au coude-à-coude, qui, de bonne guerre, avaient déjà fait le V de la victoire et s’étaient arrogé la majorité, fixée cette fois-ci à 83 députés, doivent encore prendre leur mal en patience. C’est la grande leçon d’humilité assénée aux présumés gagnants, par ces législatives créditées de 46,64 % [de participation].

Comme dans la parole d’Évangile dans la Bible, qui énonce que “les derniers seront les premiers”, dans l’attente de la proclamation définitive du verdict des urnes, après examen des recours par le Conseil constitutionnel, les législatives de ce dimanche ont fait trois faiseurs de rois.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :